Polémique après la mort d'un chien-renifleur dans un aéroport, abattu par la police

  • A
  • A
Polémique après la mort d'un chien-renifleur dans un aéroport, abattu par la police
Les autorités ont estimé que tout avait été fait pour tenter de le maîtriser, en vain.@ MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :

Grizz, un chien-renifleur de l'aéroport d'Auckland, a été pris d'un coup de folie, bloquant pendant trois heures les pistes de décollage.

L'histoire suscite une vive polémique en Nouvelle-Zélande. Vendredi matin, Grizz, un chien-renifleur de l'aéroport d'Auckland a été pris d'un coup de folie. Faussant compagnie à son maître-chien, il s'est précipité sur les pistes d'envol. 

Pour raisons de sécurité, les autorités ont évidemment décidé de suspendre atterrissages et décollages. Seize vols internationaux ou domestiques ont ainsi vu leur décollage retardé. L'histoire pourrait être anodine si la fin n'avait pas été tragique.

"Malheureusement, un chien de la sécurité aérienne a été abattu." Faute de parvenir à attraper Grizz - son escapade aura durée trois heures - l'ordre a été donné aux policiers d'abattre l'animal. Les autorités ont estimé que tout avait été fait pour tenter de le maîtriser, en vain. Sur le compte Twitter de l'aéroport australien, les autorités ont regretté l’événement : "Malheureusement, un chien de la sécurité aérienne a été abattu ce matin. Les équipes de l'aéroport ont essayé de la maîtriser pendant 3 heures pour l'attraper. Nos pensées vont au maître-chien."



"Honte à l'aéroport de Auckland." Mais la décision des autorités aéroportuaires a provoqué l'indignation. A commencer sur la page Facebook de la PETA, une association de défense des droits animaux. "Tu n'as pas mérité de mourir, Grizz. #ShameOnAucklandAirport ("honte à l'aéroport de Auckland", NDLR).

Une figure de la télévision néo-zélandaise, Hilary Barry, s'est par ailleurs étonnée que d'autres méthodes n'aient pas été envisagées pour maîtriser l'animal, à l'image d'un pistolet tranquillisant, rapporte Ouest-France.