Pistol et Boo, les chiens de Johnny Depp, échappent à l'euthanasie

  • A
  • A
Pistol et Boo, les chiens de Johnny Depp, échappent à l'euthanasie
Johnny Depp@ Frederick M. Brown / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

QUARANTAINE - L'acteur américain les avait introduit en Australie sans leur faire respecter la quarantaine. Ils quitteront finalement le pays vendredi par jet privé. 

Pistol et Boo n'ont plus de souci à se faire. Les deux Yorkshire de Johnny Depp, qui risquaient en effet l'euthanasie pour être entrés illégalement en Australie, vont finalement rentrer aux États-Unis vendredi. "On m'informe que Pistol et Boo s'apprêtent à rentrer aux Etats-Unis en jet privé, ce qui est une bonne nouvelle", a déclaré le ministre de l'Agriculture australien Barnaby Joyce. L'acteur américain, actuellement en tournage dans le pays, n'avait pas respecté leur mise en quarantaine, pourtant obligatoire pour les animaux qui pénètrent sur le territoire. 

Des toutous passés en fraude. Actuellement en tournage en Australie pour "Dead men tell no tales", le cinquième opus des Pirates des Caraïbes, l'acteur était arrivé le 21 avril dernier en Australie en jet privé. Et il semblerait qu'il n'ait pas déclaré ses deux Yorkshire à la douane, leur évitant ainsi une mise en quarantaine de dix jours. Mais manque de chance, lors d'une sortie chez le toiletteur, Pistol et Boo avaient été repérés par les autorités.

Affaire d'Etat. L'affaire avait pris une telle ampleur que Barnaby Joyce, ministre de l'Agriculture, s'était exprimé sur le cas des deux petits chiens. "Il y a une procédure pour ceux qui veulent faire venir des animaux: il faut obtenir les autorisations, ils sont placés en quarantaine et ensuite on peut les récupérer", avait-t-il expliqué aux médias australiens. Ce dispositif permet à l'Australie de limiter la propagation de maladies contagieuses. Et le fait que le propriétaire soit Johnny Depp n'y changeait rien, selon le responsable politique qui s'était montré même menaçant. "Il est temps que Pistol et Boo foutent le camp et rentrent aux États-Unis" ou "nous serons contraints de les euthanasier", avait-t-il déclaré.

Menace sur la "biosécurité". Le ministre de l'Immigration, Peter Dutton, en avait rajouté une couche en déclarant que Johnny Depp s'exposait à une amende salée pour avoir violé le règlement. "Tout manquement à la biosécurité peut avoir des conséquences importantes", a-t-il expliqué à la radio Fairfax. 

L'Australie va enquêter. Le retour de Pistol et Boo dans leur patrie d'origine ne signifie cependant pas la fin des soucis pour l'acteur de Pirates des Caraïbes. "De toute évidence, il y aura une enquête pour déterminer comment ils sont entrés en Australie", a en effet annoncé le ministre australien de l'Agriculture puisque "M. Depp a décidé de contourner nos lois nationales".