Le "rockeur" de la Garde républicaine invité au concert de Noel Gallagher et U2

  • A
  • A
Le "rockeur" de la Garde républicaine invité au concert de Noel Gallagher et U2
Jean-Michel Mekil avait interprété "Don't look back in anger" avant le coup d'envoi du match amical France-Angleterre.@ FRANCK FIFE / AFP
Partagez sur :

Jean-Michel Mekil, le garde républicain qui a interprété "Don't look back in anger" avant le coup d'envoi de France-Angleterre mardi, a été invité au concert de Noel Gallagher et U2, au Stade de France.

Serait-ce le début de la gloire pour Jean-Michel Mekil ? Ce garde républicain s'est fait connaître aux yeux du grand public, mardi soir, avant le coup d'envoi du match amical France-Angleterre. Il avait interprété, à la guitare, la chanson "Don't look back in anger" du groupe Oasis, lors d'une émouvante cérémonie d'hommage aux victimes des attentats de Manchester et de Londres. Et sa prestation n'est pas passée inaperçue puisqu'il a été invité au concert de Noel Gallagher et U2, au Stade de France, comme l'a annoncé le promoteur Live Nation France.

"C'est tellement énorme !" "C'est pas vrai ? C'est extraordinaire ! Être dans le public pour écouter leurs chansons c'est tellement énorme !", a réagi celui qui avait confié être fan de ces deux artistes, qui se produiront dans l'enceinte dionysienne les 25 et 26 juillet. Noel Gallagher, ancien co-leader du groupe Oasis avec son frère Liam, a écrit et composé "Don't look back in anger". Il jouera en première partie du groupe irlandais emmené par Bono.

"La méga-super nouvelle de la journée !" "Je suis à Montluçon pour une prise d'armes avec une école de gendarmerie, il fait 35 degrés. Je me disais 'ça va être moins rigolo aujourd'hui' (que mardi soir). Mais là, c'est la méga-super nouvelle de la journée !", a poursuivi les maréchal des logis-chef de 43 ans, habitué à jouer du trombone dans l'orchestre de la Garde républicaine.

Une prestation émouvante. L'hommage qu'il a rendu aux victimes de ces deux attentats a ému les 80.000 supporters présents au stade ce soir-là, dont environ 2.300 supporters britanniques, et des millions de téléspectateurs, mais aussi Emmanuel Macron et Theresa May, installés côte à côte en tribune officielle. Sa prestation a suscité de très nombreuses réactions sur les réseaux sociaux.