La sœur de Beyoncé frappe Jay-Z dans un ascenseur

  • A
  • A
La sœur de Beyoncé frappe Jay-Z dans un ascenseur
@ TMZ
Partagez sur :

FAMILLE, JE VOUS HAIS - Solange Knowles aurait été filmée dans l’ascenseur d’un hôtel en train de s’en prendre au rappeur, son beau-frère.

Baston. Un hôtel new-yorkais a affirmé lundi qu'il enquêtait sur une vidéo de surveillance de l'établissement montrant la soeur de la chanteuse Beyoncé, Solange Knowles, en train de s'en prendre violemment, dans un ascenseur, à son beau-frère, le rappeur Jay-Z. Beyoncé, elle, reste impassible.

Il faut avoir l'oeil. Sur les images de cette vidéo de plus de trois minutes, sans son, floue et en noir et blanc, publiée par le site dédié aux célébrités TMZ.com, on peut voir Solange interpeller et frapper Jay-Z dans un ascenseur de l'hôtel Standard, où avait lieu une soirée qui suivait le prestigieux gala du Met à New York le 5 mai. Le trio est reconnaissable aux vêtements qu'il portait juste auparavant au gala de la mode au musée du Metropolitan : Solange dans une robe rose Phillip Lim, Beyoncé dans une robe noire Givenchy Haute Couture et Jay-Z avec une veste de smoking blanche.

Les insultes semblent pleuvoir, on voit quelques coups de pied, le pauvre garde du corps s'interpose et tente frénétiquement de reprendre la main en appuyant sur les boutons de l’ascenseur. Quand finalement au bout de plus de deux minutes, les portes se rouvrent, Solange Knowles tente une dernière explication de texte. Jay est finalement exfiltré.

La scène est diffusée en vidéo par le site people TMZ :





Une vidéo et une polémique. L’hôtel Standard, de son côté, a fait part de son indignation après la diffusion de la vidéo, qui faisait le "buzz" sur internet, et a menacé de prendre des mesures contre celui qui l'a rendu publique. "Nous sommes choqués et déçus qu'il y ait eu manifestement une faille dans notre système de sécurité et la confidentialité que nous promettons à nos clients", a déploré l'hôtel. "Nous enquêtons aussi vite que possible sur les circonstances" de la publication de la vidéo et "nous punirons et poursuivrons en justice les individus impliqués", ajoute l'établissement.