Vous louez pour les vacances d'été ? Comment faire le bon choix ?...

  • A
  • A
Vous louez pour les vacances d'été ? Comment faire le bon choix ?...
Partagez sur :

Envie d’organiser vos vacances d’été ? A l’approche de la période estivale, Les premières offres de location saisonnières se multiplient. Comment faire son choix dans cette floraison de propositions ?

Envie d’organiser vos vacances d’été ? A l’approche de la période estivale, Les premières offres de location saisonnières se multiplient. Comment faire son choix dans cette floraison de propositions ?

Faut-il s’adresser à un professionnel ou traiter avec un particulier? Voici nos réponses pour orienter vos recherches.

Comment choisir ?

Pour choisir un logement de vacances, trois critères sont importants : le nombre de couchages, la proximité de la mer ou de la piscine, et les activités de loisirs. Certains recherchent le calme ou au contraire l’animation. A vous de hiérarchiser vos priorités. Le moyen le plus efficace consiste à faire le déplacement plusieurs mois ou semaines avant le séjour. Cela permet de découvrir le futur lieu de villégiature et s’assurer de la qualité du bien à louer. Si ce dernier ne vous plait pas, vous aurez assez de temps pour chercher autre chose. Sur place tout est plus facile.

Quelles filières exploiter ?

Scrutez les petites annonces relevées dans les pages immobilières de la presse locale ou nationale, sur les sites internet ou dans les numéros spéciaux « Vacances » des journaux spécialisés dans les petites annonces. Gratuites ou payantes, ces annonces sont issues de particuliers soucieux de rentabiliser leur bien au moment de la saison touristique, ou d'agents immobiliers à qui le propriétaire en a confié la gestion. A noter que certains titres de journaux diffusés auprès d’un lectorat ciblé (Personnes âgées, médecins, etc.) disposent d’une rubrique immobilière bien fournie, dans laquelle les lecteurs se louent « entre eux » des biens immobiliers.

Surveillez aussi les offres de location diffusées par les exploitants de résidences de tourisme (Pierre & Vacances, Maeva, etc.). La plupart de ces professionnels acceptent le règlement en Chèques Vacances. Et bon nombre d’entre eux proposent des tarifications préférentielles aux salariés d’entreprises. Souvent, les comités d’entreprises subventionnent ces derniers en participant à leurs dépenses de vacances. Enfin, passer par un professionnel permettra de souscrire une assurance annulation ou interruption de voyage. Facultatives, ces couvertures sont appréciables en cas de pépins.

De quoi dépend le prix d’une location ?

Le standing du bien, la proximité de la plage, des commerces, les facilités d’accès, de stationnement, l’exposition, la vue, la taille de la terrasse ou de la piscine, sont autant de critères qui doperont ou non le loyer. Pour des habitations équivalentes en nombre de couchage et en surface, les écarts de loyers vont de 1 à 4 sur une même période.

Arrhes ou acompte ?

Réserver une location plusieurs mois à l’avance nécessite toujours le versement d’une somme d’argent au propriétaire ou à l’intermédiaire.

Le paiement d’arrhes laisse les deux parties (loueur et locataire) libres de se désister. En revanche, ce versement est perdu si le locataire change d’avis. La loi précise (article 1 590 du Code Civil) que si c’est le loueur qui annule, il devra verser au locataire le double de ce qu’il a touché.

L’acompte versé sur le prix d’une location constitue un engagement définitif. Si le locataire se rétracte, le propriétaire peut le contraindre à payer la totalité du loyer, surtout si le bien n’a pu être reloué à temps. Si le loueur ne donne pas suite à la réservation, il devra indemniser le locataire du préjudice moral ou financier subi.

Avant de signer le contrat de location, mieux vaut veiller à ce que le premier versement soit bien spécifié (avec de préférence des arrhes) et surtout que le bail envisage expressément les conditions de la résiliation.

Quels recours en cas de litige ?

Publicité mensongère, renseignements inexacts ou non conformes à la réalité, de nombreux motifs peuvent susciter votre mécontentement à la suite d’une location saisonnière. Tentez de régler rapidement ce différend à l’amiable avec votre loueur. Si vous échouez, vous pouvez tenter une conciliation auprès de divers organismes. S’il s’agit d’une location classée dans les meublés de tourisme, contactez le syndicat d’initiative ou l’office de tourisme. Mieux vaut dans les huit jours qui suivent le début de la location saisir la Commission départementale d’action touristique qui siège à la préfecture en lui adressant une lettre recommandée avec accusé de réception.

Vous pouvez enfin engager gratuitement et sans avocat une action auprès du Tribunal d’Instance dont dépend la location. La décision de cette juridiction peut le cas échéant aboutir à l’annulation du contrat de location, à la restitution des sommes versées et même au versement de dommages et intérêts. Il ne faut pas oublier d’alerter la direction générale de la consommation, de la concurrence et de la répression des fraudes (DGCCRF) où a été constatée l’infraction.

Retrouvez tous nos articles immobiliers sur www.toutsurlimmo.com