Une maison pour composer une nouvelle famille (partie 2)

  • A
  • A
Une maison pour composer une nouvelle famille (partie 2)
Partagez sur :

Le logement, une question plus importante que jamais. Comment choisir la maison ?

Le logement, une question plus importante que jamais.

Comment choisir la maison ?

Ils sortent l’un et l’autre d’une union et ils ont chacun des enfants. Dès qu’ils décident de parler avenir et vie commune, ils parlent inéluctablement de la place qu’il faut donner à ces derniers auprès d’eux et des arrangements résidentiels qui vont traduire cette place. Bien des facteurs vont influencer ces derniers : la situation de l’un et de l’autre parent par rapport à ses enfants et à l’ex-conjoint(e), les questions d’argent et de déplacements entre plusieurs domiciles, les écoles, etc. Ajoutons à cela que la nouvelle famille sera, généralement, à géométrie variable, certains enfants habitant avec les parents à temps plein et d’autres de façon périodique. La famille est devenue complexe.

La question du logement se situe au centre de cette complexité. Si le choix d’un lieu d’habitation est important pour tout couple qui s’installe, cette importance est en quelque sorte hypertrophiée quand il s’agit de refaire famille. Et, comme si cela ne suffisait pas, toutes les décisions qui vont avec le choix du nouveau lieu domestique sont lourdes de sens et peuvent être interprétées de façons bien différentes par chaque membre de la famille et souvent, celles d’enfants et d’adultes qui sont amenés à vivre ensemble alors qu’ils se connaissent à peine ; la surveillance des plus petits et l’indépendance des plus grands, le choix des meubles à garder, acheter, stocker, jeter ; les projets de décoration et le destin des tableaux, livres, photos, de tout un chacun; voire l’aménagement d’un espace en vue d’une nouvelle naissance …. OUF !

Chez toi ou chez moi ?Ailleurs ensemble ou bien ….chacun chez soi ?

Entre les allers et retours des enfants entre les maisons parentales et grands-parentales, la circulation des sacs contenant leurs affaires, les rythmes scolaires et ceux des activités parascolaires qui entraînent autant de trajets, la complexité de la vie quotidienne des familles recomposées est telle que la question du logement se pose de manière ouverte.

Cela d’autant plus que les mentalités ont changé et qu’un divorce ne fait plus forcément disparaître la famille récemment désunie. Bien des pères et des mères font des efforts pour qu’elle se rassemble à certaines occasions et pour qu’elle reste, dans une certaine mesure au moins, vivante. Beaucoup d’entre eux veulent que leurs enfants continuent à voir régulièrement et sans drame l’autre parent. Et cette mentalité compte pour beaucoup dans la façon de poser la question du logement : Où choisir d’habiter ensemble ? Chez l’un ? Chez l’autre ? D’ailleurs, pourquoi envisager un seul logement ? Ne peut-on pas faire famille à partir de deux bases, chaque famille vivant «libre ensemble» dans des logements différents ?

Ces interrogations font mesurer à quel point l’approche du chez-soi de la famille recomposée est neuve. Elle envisage toutes les possibilités et essaie de prendre en compte des facteurs nombreux et d’autant plus complexes à gérer qu’ils concernent les émotions et les attachements des uns et des autres à leurs parents, à leur famille d’origine et à leurs objets familiers et personnels. La place qu’occupera chacun dans la maison est une question particulièrement délicate. En s’obligeant à penser à tout pour tenter de faire au mieux, les parents se posent des questions différentes qui sont aussi formulées plus librement.

http://www.perlaserfaty.net/

Découvrez aussi :

Une maison pour composer une nouvelle famille (partie 1)

Une maison pour composer une nouvelle famille (partie 3)

Une maison pour composer une nouvelle famille (partie 4)