Savoir puiser dans les bons placements

  • A
  • A
Savoir puiser dans les bons placements
Partagez sur :

Puiser dans ses placements pour se constituer un apport personnel s’avère être un bon réflexe. Si certains peuvent être facilement mobilisés, d’autres sont à épargner.Puiser dans ses placements pour se constituer un apport personnel s’avère être un bon réflexe. Si certains peuvent être facilement mobilisés, d’autres sont à épargner.  

Puiser dans ses placements pour se constituer un apport personnel s’avère être un bon réflexe. Si certains peuvent être facilement mobilisés, d’autres sont à épargner.

Puiser dans ses placements pour se constituer un apport personnel s’avère être un bon réflexe. Si certains peuvent être facilement mobilisés, d’autres sont à épargner.

 

 

Plus frileuses qu’avant pour cause de crise économique et financière, les banques apprécient qu’un candidat emprunteur injecte du cash dans son projet immobilier. Revue de détail des placements à mettre à contribution.

 

 

Cibler les bons placements

 

Il faut en priorité puiser dans des produits d’épargne à court terme (livrets d’épargne, Epargne Logement). Ils sont sans risque et les fonds placés sont facilement mobilisables sans avoir à payer des frais de sortie, des pénalités en cas de retrait anticipé ou perdre des avantages fiscaux.

 

Une règle à respecter : Il faut commencer par piocher dans les produits les moins rémunérateurs pour laisser les autres fructifier le plus longtemps possible.

 

Attention : Certains placements dotés d’avantages fiscaux après plusieurs années de détention (Assurance-vie, Plan d’épargne en actions) ne doivent surtout pas être soldés ou « cassés » pour financer une opération immobilière. Même conseils pour des placements à long terme ou en vue de la retraite (SCPI, Fonds garantis ou à horizons) et ceux fortement taxés en cas de plus-value.

 

 

* Les livrets

Dans la famille des livrets défiscalisés, on trouve le Livret A, le Livret de Développement durable (LDD) et le Livret d’Epargne Populaire (LEP). Leur point commun ? Aucune fiscalité sur les intérêts acquis. Pour déposer et par la suite mobiliser davantage de fonds, il faudra penser à ouvrir un livret pour chaque membre (majeur ou mineur) d’une même famille.

 

Sans risque, liquides et rémunérés chaque quinzaine comme leurs cousins les livrets règlementaires, ces livrets bancaires ont une spécificité. Les intérêts perçus sont taxés à 31,3% dont 19 % de prélèvement forfaitaire libératoire et 12,3 % de prélèvements sociaux. Grâce à des plafonds de dépôts élevés (1 à 5 millions d’euros), ces placements sont utiles pour loger une somme d’argent importante et en vue de sa réutilisation rapide pour une opération immobilière.

 

 

* Le Compte à terme (CAT)

Sans risque, le Compte à terme (CAT) est moins liquide qu’un simple livret. En contrepartie d’une rémunération annoncée, l’épargne est immobilisée de 3 à 24 mois, au choix. Plus l’échéance est longue, plus l’intérêt servi est élevé. Si l’on mobilise cette épargne avant l’échéance fixée, il y a des pénalités à la clef. La rémunération initiale est réduite. Le taux d’intérêt servi est minoré en fonction de l’échéance restant à courir (les baisses peuvent être de 0,50 à 1 %). Gare aussi à la fiscalité : les intérêts générés par un CAT sont soumis au prélèvement forfaitaire libératoire ou à l’impôt sur le revenu.

 

 

* L’Epargne Logement

C’est le produit d’épargne dédié à la préparation d’un projet immobilier. Au terme d’une phase d’épargne de quatre ans rémunérée et sans risque, le Plan Epargne Logement offre deux atouts à son titulaire. D’abord, un accès quasi assuré à un prêt complémentaire à un taux garanti par l’Etat et parfois meilleur marché que ceux des banques. Ensuite, les fonds placés sont assimilés à de l’apport personnel par l’établissement prêteur.

 

 

 

 

* Le Plan d’Epargne Entreprise (PEE)

Un salarié d’une entreprise de plus de cinquante personnes peut détenir un Plan d’Epargne Entreprise (PEE). Si c’est le cas, le déblocage anticipé des fonds logés est possible à l’occasion de l’acquisition ou de l’agrandissement de la résidence principale. Une fois récupérée, cette somme viendra doper l’apport personnel.

 

A savoir : la demande de déblocage est à présenter dans les 6 mois suivant la survenance de l’évènement.

Retrouvez tous nos articles immobiliers sur www.toutsurlimmo.com