Rachat de prêt immobilier, mode d'emploi

  • A
  • A
Rachat de prêt immobilier, mode d'emploi
Partagez sur :

Les taux d’intérêt historiquement au plus bas devraient rester à ce niveau plancher jusqu’à la fin de l’année. Profitez de la situation pour renégocier vos crédits et envisager le rachat de votre prêt immobilier. Pour cela, vous avez le choix entre négocier avec votre banque actuelle, ou démarcher ses concurrents pour obtenir des conditions préférentielles. Dans tous les cas, sachez que vous devez alors respecter des règles bien précises.

Les taux d’intérêt historiquement au plus bas devraient rester à ce niveau plancher jusqu’à la fin de l’année. Profitez de la situation pour renégocier vos crédits et envisager le rachat de votre prêt immobilier. Pour cela, vous avez le choix entre négocier avec votre banque actuelle, ou démarcher ses concurrents pour obtenir des conditions préférentielles. Dans tous les cas, sachez que vous devez alors respecter des règles bien précises.

Les taux chutent, profitez en !

Après une nouvelle baisse des taux de l’ordre de 0,15% en moyenne en septembre, les emprunteurs disposent aujourd’hui d’excellentes conditions :

- 3% à 3,35% pour un crédit sur 15 ans

- 3,2% à 3,55% pour un crédit sur 20 ans

- 3,30% à 3,95% pour un crédit sur une durée de plus de 25 ans.

Le rachat de prêt immobilier, c’est quoi ?

Racheter un prêt immobilier consiste à rembourser un prêt en cours, afin de le remplacer par un autre, à un taux d’emprunt inférieur. Deux options sont alors possibles : contracter ce nouveau prêt dans le même établissement financier (on parle donc d’un rachat), soit auprès d’un de ses concurrents. Il s’agit alors d’un rachat de prêt, suivi d’un nouveau prêt et de nouvelles garanties.

Le paiement de pénalités : dans certains cas

Les banques emprunteuses sont bien entendu défavorables à ce type de démarche… Pour en réglementer la pratique, la loi prévoit des pénalités de remboursement anticipé et a fixé un montant maximum. Conclusion : si le prêt est remplacé par un autre contracté auprès d’une banque concurrente, la banque initiale perçoit une rémunération, et ce même si vous aviez lors de la souscription du prêt négocié les pénalités de remboursement anticipé : en effet, ces négociations excluent toujours le cas d'un rachat de prêt.

Ces pénalités correspondent à 6 mois d'intérêts avec un maximum de 3 % du capital restant dû (article R 312-2 du code de la Consommation). A l’inverse, si vous rachetez votre prêt immobilier du fait de la vente de votre bien (suite à un changement du lieu d'activité professionnelle de l'emprunteur ou de son conjoint, du décès ou de la cessation forcée de l'activité professionnelle de ces derniers), aucune indemnité n’est due pour les contrats conclus après le 25 juin 1999.

Renégocier un prêt : toujours judicieux ?

Pour que renégocier un prêt soit financièrement intéressant pour vous, vous devez prendre en compte certains facteurs, afin que le gain sur le coût total de votre prêt couvre : -les pénalités de remboursement anticipé -les frais éventuels de mise en place d’une nouvelle garantie, de transfert de compte… En général, on constate que la durée restante du prêt en cours doit être supérieure à la durée écoulée pour couvrir les frais liés au rachat de prêt. Quant au différentiel de taux, il doit être au moins de 1,2 %.

Un exemple ?

Pour un prêt immobilier de 250 000 €, anciennement souscrit à 4,9% sur 20 ans et renégocié aujourd’hui aux taux actuellement en vigueur, il est possible de réaliser une économie de plus de 42 000 € sur le coût du crédit.