Plan d'épargne logement, profitez de la nouvelle donne

  • A
  • A
Plan d'épargne logement, profitez de la nouvelle donne
Partagez sur :

Le ministre de l’Economie, Christine Largarde, vient d’offrir une cure de jouvence à l’épargne logement. La rémunération du Plan Epargne Logement est revue à la hausse le 1er mars prochain. Pour tout savoir sur la réforme de ce produit permettant de se constituer un apport personnel intéressant, suivez le guide !

Le ministre de l’Economie, Christine Largarde, vient d’offrir une cure de jouvence à l’épargne logement. La rémunération du Plan Epargne Logement est revue à la hausse le 1er mars prochain. Pour tout savoir sur la réforme de ce produit permettant de se constituer un apport personnel intéressant, suivez le guide !

Avec un taux de rémunération peu attractif et des taux de crédit souvent plus chers que ceux du marché, le Plan Epargne Logement n’avait plus la cote ces derniers temps alors qu’il avait pour mission, à l’origine, de faciliter l’acquisition immobilière.

Après une phase d’épargne de 4 ans minimum dans le cadre du Pel (18 mois pour le Cel), le souscripteur d’un plan pouvait, en effet, emprunter pour l’achat d’un logement dans d’excellentes conditions. Mais, entre la baisse de la rémunération du Plan au fil des ans – 2,5 % depuis 2003 (hors prime d’Etat) - et un taux de crédit peu incitatif (4,20 %), les candidats à la propriété avaient fini par se désintéresser de ce dispositif qui avait pourtant fait ses preuves dans le passé.

Une situation dont s’est ému le gouvernement, d’autant que les ressources de l’épargne logement constituent une manne importante pour le financement du logement. C’est la raison pour laquelle il a été décidé de modifier le mode de rémunération du Pel. L’arrêté du 25 janvier 2011 (http://www.legifrance.gouv.fr) renforce en effet l’attractivité du PEL.

Meilleure rémunération pour le Pel

L’arrêté prévoit de nouvelles règles de rémunération pour les plans ouverts à compter du 1er mars 2011. Le taux sera désormais calculé chaque année par la Banque de France en fonction de l’évolution des taux du marché. L’arrêté fixe un taux plancher de 2,5 %, ce qui permet au Pel d’être notamment plus avantageux que le livret A pour lequel aucune rémunération minimum n’est prévue.

Taux de crédit sans doute bientôt plus intéressant

Côté taux de crédit, en revanche, pas de changement. Le prêt dont il est possible de bénéficier à l’issue de la phase d’épargne reste fixé à 4,20 % pour les plans ouverts à compter d’août 2003. Un taux qui reste élevé par rapport aux taux consentis sur le marché du crédit bancaire libre. Les pouvoirs publics estiment toutefois que ce taux pourrait redevenir compétitif dans les mois qui viennent compte tenu de la remontée des taux depuis quelques semaines.

Conditions de souscription inchangées

Rappelons que le Plan épargne logement peut être ouvert avec un versement initial de 225 euros mais qu’il doit être alimenté d’un minimum de 540 euros par an, sachant que vous pouvez y effectuer toutes sortes de versements, l’épargne accumulée pouvant atteindre 61.200 euros. Les fonds demeurent indisponibles durant 4 ans (sauf si transformation en compte épargne logement).

Pour les comptes ouverts à compter du 1er mars 2011, l’épargne sera donc rémunérée selon les nouvelles conditions définies par le gouvernement.

Petit bonus : à l’issue de la phase d’épargne et en cas d’emprunt seulement, l’Etat verse une prime d’épargne qui ne peut toutefois excéder 1 525 euros. L’emprunt qu’il est possible d’obtenir ensuite dépend des droits à prêt acquis, c'est-à-dire des intérêts engrangés, et ne peut excéder 92 000 euros au taux de 4,20 %.