Nouveau logement : les clés pour les bons travaux

  • A
  • A
Nouveau logement : les clés pour les bons travaux
Partagez sur :

Les beaux jours sont arrivés. C’est le moment de prévoir des travaux ! Mais comment faire quand on ne s’y connaît pas du tout ? Savez-vous si votre habitation est économe ou énergivore ? Pour améliorer votre logement et envisager des travaux efficaces, faire le point sur sa consommation énergétique est primordial…

Les beaux jours sont arrivés. C’est le moment de prévoir des travaux ! Mais comment faire quand on ne s’y connaît pas du tout ? Savez-vous si votre habitation est économe ou énergivore ? Pour améliorer votre logement et envisager des travaux efficaces, faire le point sur sa consommation énergétique est primordial…

Les beaux jours sont arrivés. C’est le moment de prévoir des travaux ! Mais comment faire quand on ne s’y connaît pas du tout ? Savez-vous si votre habitation est économe ou énergivore ? Pour améliorer votre logement et envisager des travaux efficaces, faire le point sur sa consommation énergétique est primordial…

Comprendre

Les pouvoirs publics relayés par le Grenelle de l’Environnement se sont fixés un objectif ambitieux pour le secteur du bâtiment : diviser par 4 la consommation énergétique du parc résidentiel d’ici 2050.

Des réglementations thermiques dans le neuf et l’existant créées ou renforcées ces dernières années vont dans ce sens et des incitations financières existent pour aider les particuliers à réaliser des travaux d’efficacité énergétique.

Depuis 2007, un outil d’information permet de mieux connaître la situation énergétique des logements : le diagnostic de performance énergétique (DPE).

Les objectifs du DPE

Informer le futur propriétaire ou le futur locataire sur la consommation énergétique du logement (en kilo Watt heure/m2 et par an) et le coût moyen de celle-ci. La quantité d’énergie consommée est estimée selon une méthode standardisée. Pour les logements antérieurs à 1948, on peut estimer la quantité d’énergie à partir des relevés de consommations des 3 dernières années.

Sensibiliser le futur propriétaire ou locataire aux conséquences de sa consommation en énergie sur le climat de notre planète. On repère cette consommation (en kWh/m²/an) et les émissions de CO2 (en kg/m²/an) qui en résultent, d’une part sur une étiquette « énergie » et d’autre part sur une étiquette « climat », suivant une échelle de A (logement économe) à G (logement énergivore).

Donner des conseils pour maîtriser sa consommation et recommander des travaux pour améliorer la performance énergétique du logement.

L’établissement d’un DPE pour un logement coûte entre 100 et 250 euros. C’est un investissement judicieux pour mieux connaître votre logement et choisir les travaux les plus efficaces qui vous feront réaliser des économies par la suite !

Pour obtenir des conseils sur ces travaux et mieux connaître toutes les aides financières disponibles, n’hésitez pas à contacter un Espace Info->Energie qui répondra gratuitement à vos questions.

Pour faire des économies et avoir de bonnes pratiques énergétiques et environnementales, l’ADEME vous donne quelques pistes sur les 5 points essentiels…

L’isolation

C’est le premier pas pour réduire vos dépenses en énergie et accroître votre confort. Dans une maison non isolée, une grande partie de la chaleur peut s’échapper par le toit, les murs, le sol et les fenêtres. Il est donc important d’apporter une attention particulière à l’isolation de ces éléments. En cas de rénovation et de construction neuve, des réglementations thermiques précisent les caractéristiques minimales exigées pour les matériaux et les équipements. Les réglementations successives sont d’ailleurs de plus en plus exigeantes car l’objectif est d’améliorer la performance énergétique du parc immobilier français.

Le chauffage

Une fois que votre logement est bien isolé, pensez à améliorer votre système de chauffage. Des chaudières performantes comme les chaudières à condensation peuvent vous permettre de réduire votre consommation d’énergie. Vous pouvez également opter pour un chauffage au bois, un chauffage solaire ou une pompe à chaleur. Renseignez-vous sur la solution la plus adaptée à votre logement.

L’eau chaude sanitaire

Si les installations électriques, au gaz ou au fioul ont été longtemps prisées, on assiste aujourd'hui à un fort développement des systèmes solaires. L'installation d'un CESI (chauffe-eau solaire individuel) peut diviser votre facture d'eau chaude par 2, voire par 3 si vous habitez dans les régions sud de la France.

La ventilation

L’air dans les maisons n’a rien de pur : humidité, monoxyde d’azote, polluants chimiques (produits ménagers), particules diverses (bricolage), fumée de tabac… Celui-ci est parfois plus pollué qu’à l’extérieur ! Pour avoir une maison saine, l’air doit être régulièrement renouvelé. Dans une maison bien isolée, le recours à une VMC est nécessaire.

L’éclairage

Nous ne pouvons pas nous passer de lumière. Par contre, nous pouvons adopter des gestes simples pour être responsable et diviser par deux le coût de l’éclairage : éteignez la lumière derrière vous, utilisez des ampoules basse consommation, optimisez l’éclairage de vos lampes, habillez vos murs de couleurs claires…

Pour plus d’informations et de conseils, rendez-vous sur http://ecocitoyens.ademe.fr/

3 objectifs pour le futur

Pour favoriser la protection de l’environnement, il est temps pour nous d'agir au quotidien. L'ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) vous informe et vous guide dans vos choix de comportements et d'investissements domestiques…

Les missions de l’ADEME :

Sensibiliser

Sur le long terme, avec les campagnes « économie d'énergie, faisons vite, ça chauffe», « réduisons vite nos déchets, ça déborde » et « Opération vidange propre ».

Informer

Avec la collection de guides pratiques de l'ADEME, pour avoir des conseils sur les grands enjeux environnementaux, la consommation responsable, les aménagements et investissements majeurs dans l'habitat, les aides financières et les véhicules moins polluants. Vous pouvez également trouver de nombreux conseils sur Internet à l’adresse : www.ecocitoyens.ademe.fr

Conseiller

Rendez-vous dans un des 230 espaces Info->Energie où 400 conseillers sont à votre disposition pour vous aider à faire les bons choix. Toutes les questions relatives à l’efficacité énergétique trouveront leur réponse.

Trouvez l’espace INFO ENERGIE le plus proche de chez vous en appelant le n° Azur : 0 810 060 050 (valable en France, prix d’un appel local).

Tout savoir sur l’Eco-prêt à taux zéro

Écoutez vos envies d’économies d’énergie et profitez du soleil pour réaliser des travaux ! Un seul point d’ombre : le financement. Florence Clément, chargée de l’information des publics à l’ADEME, répond à nos questions pour mieux comprendre et bénéficier des avantages de l’éco-prêt à taux zéro…

Qu’est-ce que l’éco-prêt à taux zéro ?

C’est un engagement du Grenelle de l’Environnement. Il vous aide à financer la rénovation énergétique de votre habitat. Vous réduisez ainsi votre consommation d'énergie et vos émissions de gaz à effet de serre.

Que financer avec l’éco-prêt à taux zéro ?

Un ensemble cohérent de travaux d’amélioration énergétique. Deux options s’offrent à vous : soit un bouquet de travaux éligibles, soit des travaux aboutissant à une amélioration de la performance énergétique globale du bâtiment. Vous pouvez aussi y inclure les travaux induits indissociables, par exemple la remise en état des installations électriques ou de plomberie après la pose de l'isolant intérieur.

Comment savoir si l’on est éligible ?

Vous l’êtes si votre logement est votre résidence principale et si c’est une maison individuelle ou un appartement, construit avant le 1er janvier 1990 (Si vous choisissez d’améliorer la performance globale, votre logement doit avoir été construit entre le 1er janvier 1948 et le 1er janvier 1990). Les matériaux et les équipements que vous utiliserez doivent répondre à des exigences minimales que vous retrouverez dans notre Guide de l’éco-prêt à taux zéro. Ils doivent également être fournis et posés par des professionnels.

À savoir : Les travaux doivent être réalisés dans les deux ans suivant l’obtention du prêt. Un seul prêt sera accordé par logement.

Quel montant peut m’être prêté ?

Si votre bouquet est de 2 travaux : il est de 20 000 €. Si votre bouquet est de 3 travaux ou plus ou que vous optez pour l’amélioration énergétique globale du logement : il est de 30 000 €.

À savoir : La durée de remboursement est limitée à 10 ans. Elle peut même être réduite jusqu’à 3 ans à votre demande et portée à 15 ans avec l’accord de votre banque.

Pour davantage d’informations : www.ecocitoyens.ademe.fr/financer-mon-projet

Quelles démarches dois-je suivre pour obtenir mon prêt ?

Voici les 5 étapes pour bénéficier de votre éco-prêt :

Identifier les travaux nécessaires

Faire réaliser des devis par des professionnels

Remplir le formulaire type « devis », téléchargeable sur le site de l’ADEME : http://ecocitoyens.ademe.fr/financer-mon-projet/renovation/eco-pret-a-taux-zero

S’adresser à sa banque muni de ce formulaire et des devis relatifs aux travaux voulus

Retourner voir sa banque à l’issue des travaux, muni du formulaire type « factures » à télécharger sur http://ecocitoyens.ademe.fr/financer-mon-projet/renovation/eco-pret-a-taux-zero

Existe-t-il d’autres aides financières pour effectuer des travaux d’économie d’énergie chez soi ?

En effet, la palette des aides disponibles est assez large : les particuliers peuvent bénéficier du crédit d’impôt développement durable, de la TVA à taux réduit à 5,5 %, d’aides de l’Anah et de collectivités territoriales.

Les avantages de l’éco-prêt à taux zéro Il vous permet de rentabiliser plus vite votre projet, de mieux maîtriser votre budget et d’améliorer globalement votre logement (confort et valeur immobilière).

Un exemple parlant

Un particulier habite un appartement de 70 m2 dans un immeuble des années 60. Sa facture énergétique est de 90 € par mois. Pour améliorer son confort et réduire sa consommation d’énergie, il a besoin d’effectuer des travaux à la hauteur de 8000 € (remplacement de chaudière, changement de fenêtres).

Après les travaux, sa facture énergétique est divisée par deux, soit 45 € par mois. Avec l’éco-prêt à taux zéro, la facture d’énergie et le remboursement du prêt s’élèvent à 110 € par mois soit 20 € de plus qu’avant. Avec un prêt classique, le particulier aurait dépensé 135 € chaque mois.

S’il bénéficie du cumul de crédit d’impôt, il ne paiera que 100 € par mois. Dans tous les cas, une fois ce prêt remboursé au bout de dix ans, le particulier bénéficiera à plein des économies d’énergie…et il profite dès maintenant de tout le confort et de la valorisation de son bien !