Nos places de village, héritières de l'agora et du forum.

  • A
  • A
Nos places de village, héritières de l'agora et du forum.
Partagez sur :

A priori, la notion de place ne saurait s’imaginer ailleurs que dans un contexte urbain puisqu’il s’agit d’un lieu à découvert, vierge de toute construction mais qui n’aurait rien à voir avec la clairière au cœur d’une forêt. Un endroit idéal pour se retrouver bien sûr, mais aussi pour entreprendre des activités commerciales telles que le marché, ou l’échange d’idées comme cela se pratiquait aux temps attiques.

A priori, la notion de place ne saurait s’imaginer ailleurs que dans un contexte urbain puisqu’il s’agit d’un lieu à découvert, vierge de toute construction mais qui n’aurait rien à voir avec la clairière au cœur d’une forêt. Un endroit idéal pour se retrouver bien sûr, mais aussi pour entreprendre des activités commerciales telles que le marché, ou l’échange d’idées comme cela se pratiquait aux temps attiques.

 

En clair, la place ne doit son existence qu’à la ville qui l’entoure, reprenant ainsi le principe qui avait prévalu dans les agoras grecques et les forums romains.

 

Une place qui prend son origine dans le grec plateia via le latin platea, de même sens. Un vocable qu’on retrouve dans de nombreuses acceptions : la place forte, cette ville militaire ou forteresse plus ou moins imprenable, la place d’armes où se réunissaient les garnisons de la ville, la place marchande pour le marché du bourg, la place de négoce et de change chère aux banquiers, sorte de place boursière avant l’heure.

 

 

 

 

A la grecque.

 

Chez les Grecs, inventeurs du concept de l’agora, les places sont carrées, avec portiques et colonnes, galeries et architraves de marbre. Initialement, il s’agit d’un espace vide, d’une place à la forme irrégulière cernée de bâtiments, idéale pour les manifestations religieuses ou politiques mais qui servait surtout au marché.

 

Car l’agora à l’origine, n’est pas un lieu architectural mais une assemblée populaire (c’est le sens du mot en grec) qui s’opposait à la boulé, l’assemblée des hauts-dignitaires, sorte de Sénat, toutes deux se réunissant en un lieu public. Qui deviendra essentiellement un marché doublé d’une sorte de café du commerce où chacun aimait à se retrouver. Avec la particularité, comme souvent chez les Grecs, d’être surtout réservé aux hommes, rarement jeunes. Une place publique que les Romains reprirent sans vergogne sous l’appellation forum, aujourd’hui précieuse aux internautes.

 

 

 

 

 

A la romaine.

 

Le forum romain est donc, comme nous venons de le voir, copie conforme de l’agora grecque même si, à l’origine, il désignait un emplacement libre devant un édifice, ce que nous appelons aujourd’hui esplanade, le grandiose en moins. Une place forcément occupée par les marchands, rassemblés par spécialité avec le marché au bétail, aux poissons, aux légumes. En clair, notre place de village à nous.

 

Mais la Rome antique sut conserver l’aspect politique de l’agora avec ses forums réservés aux assemblées et aux manifestations politiques ou judiciaires ; chaque empereur, ou presque, se faisant un devoir de construire son propre forum, de César à Domitien en passant par Auguste.

 

 

 

 

Place, place !

 

A l’évidence, la plupart des villes ne s’étant pas construites en suivant un plan prédéterminé mais plutôt aux hasards de l’arrivée de nouveaux habitants, de projets de lotissements, ces places ont le plus souvent été prévues à la faveur d’une destruction suivie d’une reconstruction. Ainsi la place Dauphine à Paris qui fut bâtie par la réunion de deux îlots quand Henri IV s’avisa de construire ce que nous appelons aujourd’hui le Pont Neuf, ou la Place de l’Opéra due au génie de Haussmann. Et la province n’est évidemment pas en reste avec, entre autres !, la place Bellecourt à Lyon, Stanislas à Nancy, Capitole à Toulouse.

 

 

 

 

Une place rare à Paris jusqu’au XIXe siècle.

 

Des espaces publics qui, à l’époque médiévale, se voulaient lieux d’échanges au sens large du terme. Le plus souvent fermés, sans perspectives, jusqu’aux temps de Louis XV où les premières places ouvertes firent leur apparition, un principe largement exploité par Haussmann qui par ailleurs, transformera de nombreuses placettes parisiennes en squares (le mot anglais pour dire place) mais qui sont en fait des jardins publics.

 

Au Moyen-Age, il n’existe à Paris qu’une vingtaine de places, et aucune n’est centrale comme cela se pratiquait dans toutes les autres villes, et pas plus de cinquante quand la capitale sera entièrement repensée au XIXe siècle.

 

Ainsi, quatre-vingt pour cent des places aujourd’hui existant à Paris sont-elles des créations des deux siècles précédents ! Et les rares places antérieures ont été vues, revues et corrigées à de très nombreuses reprises, aucune d’elles ne conservant son état originel.

 

 

 

 

 

Le cœur battant des villages.

 

Une situation urbaine qui ne nous fera pas oublier les omniprésentes et indispensables grandes places du village qui ont rythmé la vie des villageois des siècles durant. Car jusqu’à notre époque récente qui les réserve le plus souvent au parking des voitures, ces places jouaient un rôle fondamental, vital, dans la vie quotidienne. Que ce soit la place publique, la place de l’hôtel de ville, la place du marché, la place de l’église qui n’est pas forcément un parvis… La circulation automobile ayant prospéré, ces places ont perdu peu à peu leur notion de lieu d’échange pour devenir circulatoires, des rond-point anonymes.

Retrouvez tous nos articles immobiliers sur www.toutsurlimmo.com