Le Fauteuil.

  • A
  • A
Le Fauteuil.
Partagez sur :

A l’image de la confusion qui règne entre canapé, sofa et divan, le fauteuil est devenu une sorte de terme générique qui réunirait tous les sièges au confort plus évolué que celui d’une simple chaise. Il n’en est évidemment rien car, en dépit des nombreuses déclinaisons qu’il a connues à travers les âges certes, mais aussi des lieux, le fauteuil constitue un siège singulier, aux caractéristiques propres.

A l’image de la confusion qui règne entre canapé, sofa et divan, le fauteuil est devenu une sorte de terme générique qui réunirait tous les sièges au confort plus évolué que celui d’une simple chaise. Il n’en est évidemment rien car, en dépit des nombreuses déclinaisons qu’il a connues à travers les âges certes, mais aussi des lieux, le fauteuil constitue un siège singulier, aux caractéristiques propres.

Il n’est pas forcément simple de suivre l’étymologie du terme qui a connu de nombreuses orthographes depuis les quelque sept siècles de son existence. On l’atteste dans la Chanson de Roland sous l’orthographe faldestoed puis faudestuel avant de le retrouver à la deuxième moitié du XIIIe siècle sous la forme faudesteuil ; un terme encore usité de nos jour bien que réservé aux adeptes de l’histoire de l’art car il décrit un siège ancien.

Comme dans un fauteuil.

Et dont l’exemplaire le plus connu reste le trône du bon roi Dagobert aujourd’hui exposé à la Bibliothèque Nationale même si le dossier et les accotoirs semblent avoir été ajoutés postérieurement. Un faudesteuil qui n’est pas sans rappeler le siège curule cher à l’élite gouvernante romaine.

Un mot emprunté à l’ancien bas francique, cette langue parlée par les envahisseurs francs, faldistôl qui signifie « siège pliant ». Qu’on peut rapprocher par ailleurs de l’allemand contemporain falten (plier) et stuhl (siège).

Puisque le faudesteuil était un trône, comme Viollet-le-Duc le précise dans son Dictionnaire raisonné du mobilier français, qu’il fallait même un marchepied pour s’y asseoir, pourquoi se montrait-il pliant ? Certainement pour des commodités de transport, nos nobles et souverains voyageant très souvent et, en tout cas, avec l’ensemble de leur mobilier.

Une espèce de chaise ?

Dès 1606, le dictionnaire de Jean Nicot en donne la description suivante : « Une espèce de chaise à dossier et à accoudoirs, ayant le siège de sangles entrelacées, couverte de telle étoffe qu’on veut, laquelle se plie, pour plus commodément la porter d’un lieu à un autre. ». De la même façon, le dictionnaire du moyen français nous apprend qu’il s’agit d’un « siège pliant à dos et à bras pour les grands personnages », une assise qu’on recouvrait d’un coussin et d’une tapisserie, ce qui nous rapproche singulièrement de notre fauteuil contemporain.

Des évolutions de confort.

La Renaissance verra ces fauteuils évoluer, surtout par leur esthétique, sculptés avec soins, recouverts de cuirs et de tapisserie. Des meubles pourtant peu confortables jusqu’à l’époque Louis XIV quand apparurent les garnitures de velours, de damas et d’autres tissus luxueux. La Régence y apportera sa délicatesse et son goût du confort. L’époque Louis XV ne sera pas en reste avec un certain penchant pour l’orientalisme qui verra apparaître la bergère, avec ses accotoirs pleins et son dossier incurvé, ainsi que la marquise qui, à l’image du modèle duchesse, perdurera sous Louis XVI.

Une histoire de l’art.

Ce sera alors le néoclassicisme qui mettra en vogue les dossiers médaillon ou ajourés, prémices du retour à l’antiquité grecque et romaine que connaîtront la Révolution et le Premier empire ; où l’on fait la part belle à des modèles plus massifs, débarrassés des moulures au profit de sculptures ouvragées, avec des dossier plats et rectangulaires. Sous Napoléon III, la bergère, avec son assise basse recouverte d’un coussin, reste à la mode, annonçant un certain retour aux fauteuils du XVIIIe siècle, mais avec des apports modernes comme le capitonnage pour un plus grand confort et dont le modèle crapaud reste archétypique.

La réponse du berger…

Alors, comment distinguer un fauteuil d’un autre ? Quid d’un fauteuil Voltaire, d’une duchesse, d’une marquise, d’un Chesterfield ou d’un crapaud ? Laissons plutôt cette science aux spécialistes de l’ameublement ancien et présent pour nous amuser de l’étrangeté de certaines appellations, à l’origine peut-être casuelle, mais néanmoins distrayante.

Ainsi, la bergère, typique du style Louis XV, ce vaste fauteuil bas très enveloppant à joues pleines (pas de vide entre les accotoirs et la ceinture) muni d’un coussin très confortable et amovible qui ressemble tant à un fauteuil duchesse, doit certainement son nom à une analogie plaisante avec le titre nobiliaire, et au fait que les tapisseries qui recouvraient ce genre de siège présentaient des scènes bergères et bucoliques fort à la mode en ce début du XVIIIe siècle.

De la même façon, le fauteuil Voltaire dont l’appellation n’est évidemment pas contemporaine du célèbre philosophe puisque apparue au XIXe siècle, doit son nom à une représentation iconographique, fort en vogue à cette époque, de Voltaire assis dans un fauteuil. Un meuble dont la description reste assez floue par ailleurs…

L’histoire du Chesterfield s’avère tout aussi amusante, voire trop belle pour être vraie, car elle raconte que Philip Dormer Shanhope, 4e comte de Chesterfield (1726-1773), sur son lit de mort, aurait demandé à son majordome de « donner un fauteuil » à son ami qui lui rendait visite, sous entendu : afin qu’il puisse s’asseoir. Ce que le majordome aurait compris comme un legs et aurait tant insisté que l’ami en question dut repartir avec ce fauteuil. Dont le style prit alors le nom du comte.