Le Couloir.

  • A
  • A
Le Couloir.
Partagez sur :

Si, pendant des siècles, l’habitat urbain ne s’est composé que d’une succession de pièces, tandis que le rural ne s’embarrassait pas de place perdue, la notion de couloir n’en a pas moins connu de nombreuses déclinaisons, chaque situation architecturale appelant une solution singulière. Passage, corridor, dégagement, galerie, les synonymes ne manquent pas.

Si, pendant des siècles, l’habitat urbain ne s’est composé que d’une succession de pièces, tandis que le rural ne s’embarrassait pas de place perdue, la notion de couloir n’en a pas moins connu de nombreuses déclinaisons, chaque situation architecturale appelant une solution singulière. Passage, corridor, dégagement, galerie, les synonymes ne manquent pas.

 

 

Une bonne raison de les passer en revue, en débutant par le plus commun d’entre eux. Etymologiquement, le couloir est un déverbal de couler, non point au sens de « tomber au fond de l’eau » mais d’un liquide qui se déverse de façon continu. Ce qui coule de source quand on sait qu’il est emprunté au latin colare qui signifie « passer par un filtre, par un sas ».

 

 

 

Bruits de couloir.

 

Si l’on se réfère à l’histoire du vocable « couloir », il apparaît comme substantif féminin pour décrire une écuelle en bois dont le fond était formé d’un linge qui permettait de filtrer le lait, puis par la suite, toutes sortes de préparations ou liquides ; ce qu’on appellerait aujourd’hui une passoire.

 

Et il faudra attendre le début du XVIIIe siècle pour que le couloir décrive le passage qui permet d’accéder aux cabines d’un vaisseau, sorte de coursive, avant de désigner, d’après le dictionnaire de l’Académie française de 1762, un passage de dégagement pour circuler d’un appartement à un autre, soit l’un de ses sens actuels certes, mais différencié de notre couloir moderne qui distribue les pièces intérieures d’un logement. Mais la notion d’appartement à cette époque…

 

 

 

 

 

Le corridor.

 

Un mot qui nous vient directement de l’italien ancien corridore qui désigne le lieu où l’on court, où l’on passe. Ce qui a d’autant plus de sens qu’à l’origine, il s’agissait d’un terme de fortification pour évoquer un passage situé derrière des murailles et qu’on appelait également un « chemin couvert », sorte de chemin de ronde d’une fortification. Par ailleurs, à l’image de « couloir », on l’utilisait parfois, en marine, pour décrire la galerie de l’entrepont.

 

Par la suite, par extension, le corridor désigna une galerie étroite qui tourne autour d’un bâtiment ou qui distribue de nombreuses chambres (de monastères, de pensionnats…) puis pour décrire une pièce tout en longueur, plutôt étroite, qui servait de dégagement et de pièce commune à plusieurs appartements.

 

Même si les deux termes ont longtemps été largement synonymes, aujourd’hui, le corridor se distingue du couloir puisqu’il est une galerie qui mène à plusieurs appartements alors que le couloir, toujours dans son acception actuelle, est un passage qui distribue les différentes pièces d’un même appartement.

 

 

 

Allée et dégagement.

 

Si, aujourd’hui, le terme « allée » ne désigne plus qu’une bande de terrain extérieure où l’on se promène volontiers, il a longtemps été le synonyme de corridor puisqu’il décrivait un passage entre deux murs à l’intérieur d’une maison voire le passage commun qui conduit à la cour ou à l’escalier, ce qu’on retrouve communément chez les auteurs du XIXe siècle, chez Balzac notamment.

 

Le dégagement qui, dans son sens générique, implique un espace aménagé pour favoriser la circulation, correspond, dans un appartement, au moyen de passer d’une pièce à l’autre, se rapprochant ainsi du couloir même si, aujourd’hui, on pensera davantage à un recoin, à un renfoncement.

 

 

 

 

 

 

Galerie et passage.

 

Quant à la galerie, elle constitue une vraie pièce, contrairement aux chemins de circulation que nous avons abordés jusqu’à présent, même si elle en partage de nombreux points dont, notamment, une forme bien plus longue que large et son usage comme passage ou dégagement à plusieurs pièces. D’ailleurs, en architecture, on parle d’une galerie pour évoquer un passage de service, qu’il soit intérieur ou extérieur au bâtiment, et le plus souvent conçu dans l’épaisseur des murs, voire en surplomb.

 

En revanche, le passage désigne bien l’endroit où l’on passe, ce qui est la fonction même d’un couloir. En dépit des nombreux sens que recouvre le vocable, il reste un synonyme parfait de couloir, et peut légitimement faire office de terme générique pour regrouper les termes que nous venons de voir auxquels on pourrait ajouter coursive, hall d’entrée, vestibule, antichambre et autres patios.

 

 

 

Passage à l’acte.

 

A l’évidence, dans le langage moderne, quand il s’agit de décrire le passage qui permet de circuler à l’intérieur d’une habitation sans avoir à en traverser les différentes pièces, on n’utilise plus que le vocable « couloir », abandonnant le mot corridor aux anglophones. Même si, comme nous venons de le voir, il n’y a aucune faute lexicale à utiliser ses nombreux synonymes.

Retrouvez tous nos articles immobiliers sur www.toutsurlimmo.com