L'épargne logement, toujours utile

  • A
  • A
L'épargne logement, toujours utile
Partagez sur :

Comme son nom l’indique l’épargne logement constitue une aide pour faciliter le financement d’une acquisition immobilière. Etre titulaire d’un Plan Epargne Logement (PEL) ou d’un Compte Epargne Logement (CEL) permet au terme d’une phase d’épargne obligatoire, de bénéficier de façon quasi automatique d’un prêt immobilier à un taux fixe.

Comme son nom l’indique l’épargne logement constitue une aide pour faciliter le financement d’une acquisition immobilière. Etre titulaire d’un Plan Epargne Logement (PEL) ou d’un Compte Epargne Logement (CEL) permet au terme d’une phase d’épargne obligatoire, de bénéficier de façon quasi automatique d’un prêt immobilier à un taux fixe.

D’apparence simple, le prêt épargne logement est sophistiqué car il relève d’une mécanique complexe qu’il est bon de comprendre afin d’optimiser cette forme de crédit. Dans la famille épargne logement, Plan et Compte peuvent être utilisés ensemble ou séparément comme financement principal ou complémentaire pour une acquisition d’un bien ou pour réaliser des travaux (rénovation, agrandissement, etc.).

Vous envisagez un projet immobilier à moyen ou à long terme ? Pensez à ouvrir ces produits d’épargne à moyen terme et surtout à les garnir au fil du temps.

L’épargne logement constitue une tirelire efficace comptée par les banques comme de l’apport personnel. On ne peut ouvrir qu’un PEL ou un CEL par personne, mais tous les membres d’une même famille peuvent en profiter, les mineurs comme les personnes de nationalité étrangère. Alors ouvrez-en plusieurs !

Comment ça marche ?

- Respecter une phase d’épargne obligatoire

Pour vous récompenser de thésauriser plusieurs années, l’Etat propose de rémunérer votre épargne. Le rendement garanti est de 0,75 % (hors prime d’Etat) pour le CEL, et de 2,5 % (hors prime d’état) pour le PEL.

A l’ouverture, un dépôt initial minimum est requis. Il est de 225 euros pour un CEL et de 300 euros pour un PEL. Par la suite, il faut alimenter ces produits régulièrement. Les plafonds de dépôts sont limités à 15 300 euros pour un CEL et 61 200 euros pour un PEL.

En contrepartie de ces avantages, les fonds logés dans un PEL sont indisponibles au cours de la phase d’épargne, sous peine de fermeture du plan. Plus souple, le CEL permet des retraits à volonté sans pour autant clôturer le placement qui continue à générer des intérêts, à condition de laisser un solde de 300 euros minimum.

- Une phase de crédit facilitée

Au terme d’une phase d’épargne obligatoire dans un CEL ou PEL, l’octroi d’un prêt épargne logement est un droit que le banquier ne peut pas vous refuser… à condition bien sûr d’être solvable !

La loi autorise le titulaire d’un produit d’épargne logement à demander un prêt à condition que son CEL ait au moins 18 mois d’ancienneté ou que son PEL ait au moins trois ans. Toutefois rien n’empêche de faire une demande plus tard.

Seul le titulaire d’un CEL ou/et d’un PEL peut solliciter ce prêt immobilier. En effet, au cours de la phase d’épargne, il a engrangé des droits à prêt. Il s’agit en quelque sorte de « points » accumulés au fur et à mesure que l’épargne gonfle et fructifie. Plus ces « points » sont nombreux, plus le droit à prêt est important.

Si vous décidez d’utiliser votre épargne placée pour financer à crédit une acquisition immobilière, l’Etat vous octroie en plus une prime plafonnée à 1 144 € pour un CEL et à 1 525 euros pour un PEL. L’atout d’un financement avec de l’épargne logement consiste surtout à connaître à l’avance les conditions du crédit. Prêt réglementé par les Pouvoirs Publics, le taux d’intérêt annoncé est identique dans toutes les banques.

Fixe, il est garanti le jour de la souscription et ne peut en aucun cas être négocié. Pour les PEL ouverts aujourd’hui, ce taux est de 2,25 % pour un CEL et de 4,20 % pour un PEL. La durée de remboursement va de 2 à 15 ans et le montant emprunté est plafonné à 23000 euros pour un CEL et 92000 euros pour un PEL.

L’épargne logement est tout terrain. Elle finance l’achat de la résidence principale située en France, neuve, récente ou ancienne (avec ou sans travaux), la résidence secondaire neuve pour l’habiter ou la louer, un investissement locatif (neuf ou ancien) non meublé; un terrain à bâtir, une place de parking ou un garage (situé à proximité de la résidence principale) sans oublier des travaux d’extension, d’amélioration ou d’agrandissement de la résidence principale.

- Un prêt « très » réglementé

Son montant varie selon les intérêts acquis pendant la période d'épargne et la durée du prêt. La demande de prêt est à déposer auprès de l'établissement qui gère le compte ou le plan. Ce prêt peut intervenir en complément d'un prêt principal.

- Pensez au transfert de droits à prêts

Saviez-vous que vos droits à prêt peuvent être majorés ? En effet, vous pouvez les cumuler avec ceux de vos proches, à condition qu’eux-mêmes soient titulaires d’un PEL ou d’un CEL. Dans la liste des heureux élus autorisés à vous céder leurs droits à prêt, on compte : votre conjoint; vos ascendants; vos descendants; vos oncles et tantes, vos frères et sœurs ou ceux de votre conjoint, neveux et nièces etc. Inversement, vous pouvez également céder à ces personnes vos droits à prêt.

Ce transfert ne signifie pas donner votre épargne ou les intérêts générés par le placement. Faire cadeau de vos droits permet à la personne de votre choix d’obtenir un prêt plus conséquent.