Je suis propriétaire : quel avantage de louer à un loyer modéré ?

  • A
  • A
Je suis propriétaire : quel avantage de louer à un loyer modéré ?
Partagez sur :

Sécurisation des loyers, travaux subventionnés et avantages fiscaux. Proposer son logement à un loyer modéré offre des atouts méconnus des bailleurs.

Sécurisation des loyers, travaux subventionnés et avantages fiscaux. Proposer son logement à un loyer modéré offre des atouts méconnus des bailleurs.

Au premier abord, l’idée peut sembler un peu folle. Pourquoi louer un bien moins cher que le prix du marché et risquer de plomber sa rentabilité locative? Pourquoi faire ce « cadeau » alors que le logement trouvera preneur à un loyer plus élevé. Outre l’envie de faire un geste de solidarité envers les ménages les plus modestes, ce type de location offre des atouts méconnus des bailleurs.

Voici cinq raisons de franchir le pas.

Sécuriser la location et les revenus

Des associations spécialisées dans le relogement de personnes fragiles se portent garantes auprès de vous (bailleur) pour le paiement mensuel des loyers et des charges. Elles s’engagent, si besoin, à remettre en état le logement en fin de bail. D’autres proposent une garantie dégradation. En cas de pépins de paiements pendant la location, le « PASS-GRL » prend le relais.

Détail important : même si votre logement reste vide entre deux locataires, vous continuez à percevoir le loyer sans interruption. Pour quelle raison ? En fait c’est l’association qui est officiellement « votre locataire » et qui fournit toutes les garanties possibles. Certes avec des loyers modérés (il existe trois niveaux de loyers: intermédiaire, social ou très social) la rentabilité locative est moins élevée, mais avec cette option on joue ici sur la régularité et la sécurité des revenus à long terme. Un atout appréciable pour un investisseur qui manque souvent de visibilité sur ses revenus fonciers.

Traiter avec une agence immobilière à vocation sociale

Pour louer dans ces conditions vous n’êtes pas livré(e) à vous même. Dès le début, vous êtes orienté(e) (par les mairies, les collectivités locales) vers des spécialistes du logement à destination des plus démunis.

Il existe de nombreuses acteurs et associations conventionnés (Habitat et Humanisme, Solibail, Pact Arim, etc.) et habilités à mener une activité de location d’appartements à loyers maîtrisés.

A la façon d’une agence immobilière, mais avec une vocation sociale, ce « médiateur » (on les appelle les agences immobilières très sociales) agit comme un « pro » de l’immobilier : il s’occupe de A à Z de la gestion du bien. Cela va de l’état des lieux, à la recherche du locataire en passant par la signature du bail, de l’encaissement des loyers, etc. Il sélectionne le locataire en fonction de la meilleure adéquation entre celui-ci et la typologie du logement. Il assure un contact régulier avec le locataire grâce à des bénévoles de l’association et à des travailleurs sociaux. Ainsi, il veille à l’occupation tranquille des lieux via un suivi mensuel.

Profitez des avantages fiscaux

Pour inciter les bailleurs à louer aux ménages modestes, l’Etat a mis en place des incitations fiscales. Ces mesures portent à la fois sur les logements vacants, neufs ou mêmes anciens de piètre qualité, à condition d’être rénovés.

La loi prévoit des déductions forfaitaires sur les revenus fonciers de 30 % pour un achat en Borloo dans le neuf ; de 60 % en Borloo très social dans l’ancien et de 70 % dans certaines zones où le marché locatif est tendu pour l’accueil d’un public en difficulté.

Le dernier né des mécanismes en date est le Scellier dans sa version « sociale ». En cas de location à des loyers limités à une personne dont le revenu ne dépasse pas un certain montant, le bailleur bénéficie en plus des avantages fiscaux d’un abattement de 30 % sur les loyers perçus.

Bénéficier d’aides aux travaux

Pour remettre sur le marché de la location des logements vides, insalubres ou tout simplement en mauvais état, l’Etat propose des aides pour financer les travaux importants.

L’Agence nationale de l’habitat (Anah) distribue des subventions aux « propriétaires bailleurs » désireux de remettre leur bien en état et surtout aux normes de confort moderne. Attention : seuls certains travaux bénéficient de coups de pouce financiers !

Les rénovations thermiques ont en ce moment le vent en poupe et sont gratifiées d’aides majorées. Les montants des subventions peuvent atteindre entre 30 et 50 % du montant des travaux.

A savoir : La subvention de l’Anah se cumule souvent avec des aides locales délivrées par la commune, la communauté d’agglomération, le département et parfois le conseil régional. Renseignez-vous !

En contrepartie de ces financements gratuits cumulés, le bailleur s’engage à louer son bien à un loyer conventionné (en dessous du marché) pour une durée minimale. Selon les zones géographiques ou les villes, cet engagement porte sur une période allant de 6 à 15 ans.

Faire preuve de solidarité

Devenir propriétaire solidaire, c’est une façon concrète d’aider les ménages en difficulté. Proposer un toit à un loyer raisonnable c’est leur donner une chance de se reconstruire, de se stabiliser, retrouver un emploi…