Immobilier : pour qui le pouvoir d'achat a-t-il le plus baissé ?

  • A
  • A
Immobilier : pour qui le pouvoir d'achat a-t-il le plus baissé ?
@ Reuters
Partagez sur :

CARTE - Le pouvoir d'achat immobilier s'est effondré en France, en particulier pour les jeunes et dans les grandes villes.

Acheter un appartement ou une maison devient de plus en plus difficile en France. C'est le constat qui ressort d'une étude publiée jeudi par l'université Paris Dauphine et le Crédit Foncier. Le pouvoir d'achat immobilier des ménages a chuté de 1998 à 2010 pour l'ensemble des Français, principalement à cause de l'envolée des prix dans le secteur et à cause de la crise. En 12 ans, les salaires ont progressé de 23% en moyenne en France, tandis que les prix des logements dans l'ancien augmentaient de 56%. Et les principales victimes de cette baisse du pouvoir d'achat immobilier sont les habitants des grandes villes et les jeunes. Europe1.fr vous explique cette tendance négative, carte et graphique à l'appui.

>>> Acheter dans une grande ville : une galère

La baisse du pouvoir d'achat immobilier a été la plus forte dans les grandes villes. La chute est ainsi de -42% à Marseille, -39% à Paris, -25% à Lille, -24% à Bordeaux, -22% à Lyon, ainsi que -20% à Nantes et à Toulouse. A Paris la situation est encore plus préoccupante. Ainsi, près de la moitié des ménages étaient en capacité d'acquérir un bien en 1998, contre un quart douze ans plus tard. Toutefois, sur la période, la dégradation des conditions économiques a été en partie compensée par la baisse historique des crédits immobiliers. Ce qui a ainsi contribué à accroître la solvabilité des ménages.

>>> Pour les jeunes, c'est encore pire

L'étude pointe également une fracture nette entre les différentes générations d'acquéreurs. Ainsi, les trentenaires sont ceux qui connaissent le plus de difficultés pour acheter un bien immobilier. Ainsi, en 2010, seulement la moitié des 30-35 ans pouvaient acquérir un bien dans une capitale régionale, et moins de 7% à Paris. Et pour les 20-25 ans, c'est encore pire : leur pouvoir d'achat immobilier a été divisé par deux en moyenne dans les principales villes de province, et est devenu quasiment nul à Paris (1% en 2010).

A l'inverse, les quinquagénaires et les sexagénaires disposent du pouvoir d'achat immobilier le plus élevé en France. Les trois quarts des 55-60 ans peuvent acquérir un bien dans les grandes capitales régionales, et la moitié à Paris.