INFO E1 - La vente des terrains de l'Etat est un fiasco

  • A
  • A
INFO E1 - La vente des terrains de l'Etat est un fiasco
@ MAXPPP
Partagez sur :

Censé vendre les surfaces non utilisées pour favoriser la construction de logement, l’Etat traîne des pieds.

Pour venir en aide à un secteur du bâtiment en pleine déprime, les gouvernements successifs ont multiplié les réformes. Et cela va continuer vendredi, avec de nouvelles annonces de Manuel Valls pour doper l’investissement locatif. Mais certains des engagements précédents n’ont pas vraiment été tenus : Nicolas Sarkozy puis François Hollande ont beau l’avoir promis, l’Etat peine à vendre ses terrains non utilisés, ce qui n’est pas pour relancer la construction.

Le bilan : dix terrains vendus. Alors qu’il en proposait trois cents, l’Etat n’a vendu que dix de ses terrains, malgré la pénurie de terrains constructibles. Trois cents parcelles parmi lesquelles d’anciens lycées, hôpitaux, gendarmeries et autres casernes. Dans le lot, il y a même des bâtiments qui ont fermées il y a 20 ans.

>> LIRE AUSSI - Logement social: l'Etat cède du terrain

Il existe pourtant une demande. L’Etat a donc de nombreux terrains à proposer à la vente et les acheteurs potentiels sont nombreux. Et pour cause : en vertu d’une loi de janvier 2013, ces terrains doivent être vendus en-dessous de leur prix de marché, voire même être cédés gratuitement. Seule condition : ces terrains doivent ensuite servir à la construction de logements, notamment des logements sociaux.

L’Etat victime de son avidité. Des terrains à des prix abordables, de nombreux acheteurs intéressés : comment expliquer alors que cette opération ne marche pas ? Tout simplement parce que Bercy a du mal à faire baisser ses exigences financières en ces temps de disette.

D’un côté l’Etat doit faire des efforts pour relancer la construction, de l’autre il doit récupérer de l’argent partout où il le peut… Résultat : de nombreuses négociations qui capotent. Le gouvernement vient donc de mettre en place une commission pour relancer la machine.