Immobilier : l'acheteur moyen est plus riche et a vieilli

  • A
  • A
Immobilier : l'acheteur moyen est plus riche et a vieilli
@ MAXPPP
Partagez sur :

PORTRAIT ROBOT - Pour acheter un bien immobilier, il faut gagner 1.000 euros de plus qu'il y a 10 ans.

Quel est le profil de ceux qui ont acheté des biens immobiliers en 2014 ? Le site meilleurtaux.com a dressé le portrait robot de l'emprunteur moyen.  Résultat : par rapport à il y a 10 ans, on achète plus tard, plus cher et surtout lorsque l'on gagne plus.

1.000 euros de plus. Ceux qui achètent aujourd'hui en France gagnent en moyenne 5.237 euros par foyer. C'est environ 1.000 euros de plus qu'il y a 10 ans. Et pour cause : l'immobilier coûte plus cher. La transaction moyenne aujourd'hui s'élève à 247.000 euros, contre 168.000 à l'époque. Conséquence : on se lance plus tard dans son premier  achat, à 37 ans en moyenne,   contre 32 ans il y a 10 ans.

>> LIRE AUSSI - Immobilier : le plan d'attaque de Valls

De grands écarts en région. Voilà pour le portrait robot type. Mais la donne varie fortement selon les régions. Ainsi, ceux qui achètent à Paris gagnent plutôt autour de 8.000 euros par mois, contre 4.300 euros  dans l'est. Et l'âge varie également. A Paris, on est pile dans la moyenne : 37 ans. Mais on  se lance plus vite dans son premier achat  à Lille, c'est-à-dire dés 33 ans. En revanche, on saute le pas plus tard à Marseille, Montpellier ou Nice, où l'on n'achète pas avant 38 ans.

>> LIRE AUSSI - Vers la fin des prêts à taux fixe ?

Mieux avoir la famille derrière soi. Et ce premier achat se fait majoritairement aujourd'hui grâce à l'aide de la famille. En effet, aujourd'hui, l'apport  nécessaire pour pouvoir souscrire un prêt bancaire s'élève à 68.800 euros en moyenne (175.000 euro a Paris), contre 35.000 euros 10 ans plus tôt. Et "à 37 ans, des acquéreurs qui ont déjà mis de côté 68.800 euros, je n'en connais pas", explique au Parisien Maël Barnier, porte-parole de Meilleurtaux.com. Et de conclure : "l'achat immobilier est donc souvent conditionné à une bonne solidarité familiale".