Faut-il s'endetter sur 30 ans ou plus ?

  • A
  • A
Faut-il s'endetter sur 30 ans ou plus ?
Partagez sur :

Prendre un long crédit permet d’adoucir les mensualités. Mais gare à la facture finale !

Prendre un long crédit permet d’adoucir les mensualités. Mais gare à la facture finale !

Pour compenser un niveau encore élevé des prix de l’immobilier et conserver des mensualités en ligne avec leur budget, les acquéreurs n’hésitent pas à demander des crédits de longue durée. Les prêts sur 25 ans ou 30 ans sont désormais monnaie courante chez les établissements prêteurs. Il y a encore quelques années, certaines banques étrangères proposaient un endettement sur 40 ou 50 ans !

Tout cela est-il bien raisonnable ? Pourquoi se mettre un fil à la patte pendant une si longue durée ? Qui a intérêt à le faire? Explications.

Une durée longue pour « dompter » les mensualités

C’est une règle de base du crédit : pour un montant emprunté donné, la mensualité s’allège au fur et à mesure que la durée du prêt s’allonge. Ce système est une véritable aubaine pour les budgets serrés.

Expliquons-nous : 150 000 euros empruntés à 5 % se remboursent

- sur 15 ans avec une mensualité de 1 186 euros;

- sur 20 ans avec une mensualité de 990 euros;

- sur 25 ans avec une mensualité de 877 euros;

- sur 30 ans avec une mensualité de 805 euros.

Vu d’une autre façon, allonger la durée du crédit permet d’augmenter votre pouvoir d’achat immobilier.

Prenons un second exemple : si vous êtes capable de consacrer 1000 euros par mois au remboursement d’un crédit à 5%,

Alors, vous pourrez emprunter :

126 455 euros sur 15 ans;

151 525 euros sur 20 ans;

171 060 euros sur 25 ans ;

186 282 euros sur 30 ans.

En résumé : s’endetter sur 30 ans au lieu de 20 ans, permet d’obtenir près de 35 000 euros de crédit supplémentaire pour un même effort financier.

Un taux qui augmente avec la durée

Revers de la médaille : un crédit long se paie cher. En fait la règle est mécanique : plus la durée est longue, plus les intérêts courent et donc plus la facture finale sera salée.

Ces crédits sont coûteux car ils n’amortissent que très lentement le capital emprunté.

Prenons l’exemple d’un crédit de 120.000 euros, remboursé sur 15 ans au taux de 4,50%.

A mi-parcours (au bout de 7,5 ans), il restera à payer 60 % du capital emprunté.

Pour un même montant emprunté sur 30 ans au taux de 5,20 %, il restera, à mi-parcours, à rembourser 88 % de la dette.

A moins de ne pouvoir faire autrement, il est préférable de s’endetter à 20 ans quitte à faire un effort financier les deux premières années de remboursement, et ensuite moduler à la baisse la mensualité.

Un autre exemple pour mieux se rendre compte du « prix » payé pour une longue durée :

Pour 150 000 euros empruntés à 5 %, le coût total du crédit est de :

63 480 euros sur 15 ans;

87 600 euros sur 20 ans;

113 100 euros sur 25 ans;

139 800 euros sur 30 ans.

Doubler la durée d’endettement (de 15 à 30 ans) revient grosso modo à multiplier par 2,2 la facture. Il faut le savoir !

Autre subtilité à connaître : le taux s’apprécie toujours avec la durée.

Les taux les plus bas sont réservés aux prêts à courtes durées (10 et 15 ans), les plus élevés aux longues (25, 30 ans)

A qui s’adresse un crédit longue durée ?

La plupart du temps ce crédit est adapté aux jeunes, souvent locataires de moins de 35 ans désireux d’accéder à la propriété. Au lieu de payer un loyer à fonds perdu, ils commencent à se constituer une épargne même s’ils savent bien qu’ils n’iront pas au bout de leur crédit.

Ce prêt permet, dans les grandes villes où les valeurs locatives sont élevées, d’acheter un bien pour quasiment le prix d’un loyer.