Economie durable

  • A
  • A
Economie durable
Partagez sur :

Le froid s’installe dans nos régions, le prix du fuel plafonne à des niveaux encore élevés – malgré le prix du baril de pétrole en baisse, et il faut malgré tout se chauffer. Les économies d’énergie sont donc plus que jamais à l’ordre du jour.

Convention entre CENTURY 21 et le Ministère de l’Ecologie

Avec le Grenelle de l’environnement, nous sommes donc aujourd’hui habitués à la formule « économie durable » qui est un mode de développement économique cherchant à concilier le progrès économique et social et la préservation de notre environnement. Elle implique la gestion d’eau, le logement et l’urbanisme.

A cet égard, le Réseau CENTURY 21 a signé avec le Ministère de l’Ecologie une convention le 19 mai 2008 portant notamment sur l’affichage de la performance énergétique dans les annonces présentées dans les vitrines de ses 950 agences. CENTURY 21 incite ainsi à adopter un comportement responsable.

Propriétaires, futurs acquéreurs ou locataires, nous sommes tous concernés. Et nous ne pouvons plus ignorer les diagnostics préalables à toute vente ou mise en location d’un bien.

Crédit d’impôt pour les logements économiques

Pour l’achat d’un logement dont la consommation énergétique est inférieure à 50kWh/m² par an, un crédit d’impôt plus avantageux devrait être mis en place pour 2009. Il doit cependant être confirmé par le Ministère des finances.

Alors que le dispositif actuel prévoit la déduction de ses impôts de 40% des intérêts d’emprunts pour un résidence principale la 1ere année et 20% les années suivantes, le barème pour les logements « verts » passerait à 40% chaque année et ce, pendant 7 ans.

Gestes quotidiens isolation et investissement dans de nouvelles installations...

Il nous faut penser « logement économique »

Beaucoup de Français habitant une maison ont ressorti le poêle à bois qui dormait dans le garage. Un chauffage infiniment plus économique que celui avec le fuel – gain d’environ 30%/. D’autres aussi ont refait les joints de calfeutrage afin de ne pas perdre de la chaleur ou ont amélioré l’isolation des murs en posant des plaques de polystyrène.

Et tous, nous surveillons nos gestes quotidiens et reconsidérons nos installations. : veille du téléviseur, éteinte, robinet fermé lors du brossage des dents, bouchage des prises d’air sous les portes avec des boudins, ou encore investissement dans une pompe à chaleur plus économique que le gaz et surtout l’électricité, appareils électro-ménagers à faible rendement énergétique (catégories A et B)…

L’immobilier secteur gourmand en énergie

Parallèlement à nos actions individuelles, le Ministère de l’écologie impose de normes de plus en plus strictes dans la construction. L’objectif du Grenelle de l’Environnement est de diviser par trois consommation énergétique des bâtiments d’ici 2012. Dans cette lutte contre le réchauffement climatique, l’immobilier est un enjeu majeur puisqu’il représente 40% de la consommation d’énergie et 25% de l’émission des gaz à effets de serre. Il faut savoir que le parc logements à lui seul consomme 32% d’électricité, de gaz et de fioul.

Penser « logement économique »

Il nous faut donc penser dorénavant « logement économique ». Parmi les principes, par exemple, de la « maison –éco » : l’emploi des énergies renouvelables (bois, énergie solaire, pompes à chaleur, énergie éolienne, panneaux photo voltaïques et géothermie à préférer aux énergies fossiles comme le pétrole et le gaz), l’isolation « zéro défaut » avec, au choix, de la fibre de bois, la laine ou la ouate de cellulose, le liège, le chanvre et la paille compressée, mais aussi penser aux doubles ou triples vitrages...

La sensibilisation à ces nécessaires évolutions progresse. Elle devrait connaître une amplification et donc concerner encore plus de français à une période délicat où le pouvoir d’achat et donc la capacité à dépenser est un peu malmenée.