Atouts et inconvénients d'une résidence secondaire

  • A
  • A
Atouts et inconvénients d'une résidence secondaire
Partagez sur :

Environ 10 % des Français possèdent une résidence secondaire dont le parc de trois millions représente 10 % des logements éparpillés sur tout le territoire.

Environ 10 % des Français possèdent une résidence secondaire dont le parc de trois millions représente 10 % des logements éparpillés sur tout le territoire.

Le terme de « résidence secondaire » recouvre aujourd’hui des types d’habitats de plus en plus divers : de la maison de famille héritée de génération en génération au studio pour quatre de 23 m² dans une station de ski en passant par un mobil home laissé à demeure. Ces lieux de villégiatures offrent des avantages et des inconvénients. Revue de détails.

Les atouts

* Etre chez soi !

Quoi de plus confortable que de passer les vacances « chez soi ». On y va quand on veut, comme on veut : du WE de trois jours aux deux mois d’été, voire plus pour les plus chanceux.

On peut se décider à partir du jour au lendemain. Cette liberté de choix, de durée est un vrai luxe.

Des vacances à la maison évitent évidemment les traditionnels frais d’hébergement contrairement à une location temporaire ou à un hôtel.

* Un point de ralliement

Disposer d’une « seconde adresse » (maison de famille, appartement à la mer, à la campagne ou à la montagne) donne à certains l’occasion de réunir la famille (enfants, petits enfants, frères et soeurs) ou de recevoir des amis.

Ce « point de ralliement » permet de passer davantage de temps avec les gens que l’on aime ou apprécie. C’est l’occasion de partager de bons moments.

* Se construire un capital

L’achat d’une résidence secondaire permet de se construire un patrimoine au fil de l’eau. Grâce au crédit immobilier parfois égal à 100 % de la valeur du bien, vous profitez de votre bien avant même de l’avoir payé.

Quant au remboursement du prêt, il s’effectue un peu chaque mois pendant plusieurs années. Par des paiements fractionnés et répétés, votre dette diminue et votre patrimoine s’accroit chaque année. La revente peut parfois dégager une plus-value. Attention, l’imposition frappe les reventes avant 15 ans de détention.

L’acquisition d’un bien immobilier est aussi une façon de préparer sa transmission et notamment de laisser un patrimoine à ses descendants.

* Se préparer une retraite au soleil

Une résidence secondaire pendant de longues années peut, la retraite venue, se transformer en résidence principale.

Pourquoi ? Le besoin de retourner s’installer dans sa région natale, dans son pays d’origine ou tout simplement l’envie de profiter d’un climat ensoleillé.

* En tirer des bénéfices

Vous pouvez tirer profit d’une maison de vacances en la louant ponctuellement quelques semaines ou toute l’année.

Louer son appartement de plage tout un été, est pratique à double titre :

- cela vous permet d’aller voyager ailleurs sans laisser votre maison vide.

- les loyers encaissés permettent de payer les charges fixes de votre résidence secondaire (charges de copropriété, taxes, etc.).

Vous êtes libre de ne pas louer un moment et de choisir de prêter votre appartement à des amis.

De nombreux propriétaires pratiquent une location un peu « artisanale » au coup par coup, en inscrivant leurs biens sur les listes des syndicats d’initiatives des villes ou en passant des petites annonces.

Sachez que les biens anciens situés près de la mer ou des pistes de ski se louent bien et presque aussi cher que les constructions neuves.

A savoir : Un coup de peinture et quelques travaux d’entretien suffisent à doper une rentabilité qui peut, parfois, atteindre 10 %.

Les inconvénients

* Des charges en plus

Mieux vaudrait ne jamais calculer le coût de sa résidence secondaire! Car entretenir une résidence secondaire sans compter sur un revenu locatif frise l’aberration financière.

La liste des postes budgétaires ressemble fort à celle d’une résidence principale, surtout lorsque l’on s’installe confortablement avec le téléphone, cela va de soi, mais aussi le câble, Internet haut débit… Tout cela pour un usage qui peut être hebdomadaire ou se limiter aussi à deux mois par an. Pour mémoire, les Français passent en moyenne 44 nuitées par an dans leur résidence secondaire.

Les principaux postes de dépenses sont :

- le remboursement du crédit.

- les impôts : taxe foncière, taxe d’habitation, taxe d’enlèvement des ordures ménagères ;

- l’entretien : de la maison, de la piscine, du jardin ;

- les frais de fonctionnement : chauffage, électricité, eau, téléphone et Internet, abonnement au câble, redevance audiovisuelle,

- l’assurance de la maison, le système de sécurité le cas échéant.

Au total, les professionnels estiment le coût annuel d’une résidence secondaire entre 1 et 3 % de sa valeur (1 % pour une maison simple,

3 % pour une propriété avec parc et piscine).

A ne pas oublier :

- Comptez aussi dans le budget, les allers et retours en voiture ou en train, et les vacances passées ailleurs.

- La maison de campagne ne comble pas les envies de ski ou de soleil en hiver, ni le besoin de se dépayser de temps en temps en partant faire du tourisme à l’étranger.

* Le syndrome de la maison vide

Après plusieurs années de villégiature au même endroit, vous ou les membres de votre famille risquez de vous lasser. L’envie d’aller voir ailleurs ou faire autre chose peut amener votre famille à venir de moins en moins séjourner dans la maison de vacances. Les volets peuvent rester fermés de plus en plus longtemps….jusqu’à la revente.

A savoir : La charge d’une résidence secondaire vous effraie ? Sachez qu’il existe des formules plus rentables conciliant vacances et investissement locatif (résidence de tourisme, time share). Les rendements annuels tournent autour de 4 % par an.

Seules contraintes :

- Ces solutions ne permettent de bénéficier que de quelques semaines de vacances par an dans un appartement meublé « standard ». Votre bien est loué tout le reste de l’année par un exploitant professionnel.

- Même si vous êtes « chez vous », ce gestionnaire ne vous traitera pas mieux, ni moins bien que les « vacanciers locataires » qui vous précèderont ou vous succèderont.