Voiture sans chauffeur : PSA va concurrencer Google

  • A
  • A
Voiture sans chauffeur : PSA va concurrencer Google
Google a déjà dévoilé le "visage" de sa future voiture autonome.
Partagez sur :

Y A-T-IL UN PILOTE - Le groupe français PSA se lance dans la voiture autonome. Il va présenter à Bordeaux un véhicule sans chauffeur.

Il n'y a pas que Google qui est capable de concevoir une voiture autonome, et les Français entendent bien le prouver. Le groupe PSA va tester un modèle de véhicule sans chauffeur à l'occasion du salon des Transports Intelligents, en octobre 2015 à Bordeaux. Mais le frein principal à un tel projet est juridique : la loi n'autorise pas la circulation de telles voitures.

>> LIRE AUSSI - La voiture autonome Google est prête

Présentée au salon des voitures du futur. C'est Thierry Le Hay, responsable innovation chez PSA, qui a révélé la nouvelle sur BFM : une "Google Car" à la sauce frenchie sera présentée et même testée à l'automne prochain. Si aucun détail n'a été dévoilé quant au design et au fonctionnement du véhicule, Thierry Le Hay estime que de tels véhicules pourraient envahir nos routes dès 2020.

Des tests très encadrés. Les tests vont bien entendu être particulièrement encadrés : "ces essais se feront avec un pilote professionnel capable de rattraper une situation en cas de problème", détaille le responsable innovation du groupe tricolore. Les véhicules en question seront également facilement reconnaissables grâce à "une immatriculation spécifique ou un signe distinctif", ajoute le dirigeant français.

>> LIRE AUSSI - Et si Google concurrençait Uber ?

C'est légal de rouler en voiture autonome ? En 2015, la réponse est non. Mais la législation est déjà en train d'évoluer : "En France, des groupes de travail, qui mêlent public et privé, réfléchissent aussi à une nouvelle réglementation adaptée à ces évolutions", a expliqué Thierry Le Lay sur BFM. Des amendements ont d'ailleurs été récemment apportés à la Convention de Vienne sur la circulation routière et des mesures législatives ont été prises au Royaume Uni, en France et dans plusieurs États des États-Unis (dont la Californie, la Floride et le Nevada) pour faciliter les essais de véhicules autonomes sur la voie publique.