Un patron de Hong Kong attaque Google pour diffamation

  • A
  • A
Un patron de Hong Kong attaque Google pour diffamation
@ Reuters
Partagez sur :

WEB - Albert Yeung a déposé plainte contre le moteur de recherche, qui associe automatiquement son nom à celui de la mafia chinoise.

L’INFO. Alors que Google est pointé du doigt par l’encyclopédie en ligne Wikipedia pour avoir retiré certaines de ses pages au nom du droit à l’oubli, un magnat de Honk Kong a annoncé vouloir porter plainte contre le moteur de recherche pour diffamation. Car son nom, Albert Yeung, est automatiquement associé aux triades, la mafia chinoise, via la fonction de saisie-automatique de Google.

>> LIRE AUSSI - Quand Google censure Wikipedia au nom du droit à l'oubli

Troisième plainte depuis 2009. Ce milliardaire hong-kongais avait déjà déposé plainte contre Google à ce propos une première fois en 2009 puis une autre en 2012, sans succès. Désormais, lorsque l’on tape “Albert Yeung” sur le moteur de recherche, celui-ci suggère automatiquement les mots “14K” et “Sun Yee On”, plusieurs clans mafieux. “Il semble raisonnable de penser que Google est l’éditeur de ces mots et, à ce titre, responsable de leur publication”, a estimé la juge Marlene Ng. La réputation du fondateur du groupe Emperor (cinéma, immobilier) a été “gravement entachée”, a indiqué un porte-parole du milliardaire.

Google se défend comme il peut. L’an dernier, la haute juridiction allemande avait donné raison à un homme d’affaires qui déplorait qu’en saisissant son nom sur la page de Google, le moteur de recherche suggérait aux internautes d’associer les mots “scientologie” et “escroquerie”. De son côté, Google assure que les mots associés aux noms des personnes ne sont pas choisis par lui mais apparaissent en fonction de la fréquence des recherches associées à ces noms par les utilisateurs du moteur de recherche. Le géant américain a regretté la décision du tribunal de Hong Kong, arguant que cela “remettait en cause le fonctionnement de base d’Internet”.

>> LIRE AUSSI - Google : les demandes de "droit à l'oubli" affluent