Taxer les tablettes, ça existe déjà (ailleurs)

  • A
  • A
Taxer les tablettes, ça existe déjà (ailleurs)
Partagez sur :

Pour financer la culture, Pierre Lescure préconise notamment de taxer les tablettes. Vraiment nouveau ?

Pierre Lescure, ancien PDG de Canal +, remet lundi, à l'exécutif, son rapport sur le financement de la culture française. Au programme : suppression de l'Hadopi, assouplissement des règles de chronologie des médias et taxe sur les smartphones et les tablettes. Cette dernière mesure, inédite en France, existe déjà dans plusieurs autres pays d'Europe. Tour d'horizon.

La Suède, pays précurseur. En Suède, les utilisateurs de PC et de tablettes doivent, depuis cette année, payer la redevance audiovisuelle, même s'ils ne possèdent pas de télévision. Elle s'élève à 2.076 couronnes suédoises soit environ 247 euros. En revanche, il ne semble pas encore acté que les smartphones seront taxés par cette loi.

Au Royaume-Uni, tout le monde (ou presque) est taxé. Elle s'appelle "colour TV licence" soit "taxe sur la TV couleur" et son montant est de 145,50 livres (167 euros). Cette taxe concerne "tous ceux qui regardent ou enregistrent la télévision telle qu'elle est diffusée, y compris sur un ordinateur, un téléphone mobile, un enregistreur vidéo ou d'autres appareils".

En Allemagne, une taxe par logement. Le voisin outre-Rhin a choisi d'appliquer sa redevance audiovisuelle à chaque logement depuis le 1er janvier 2013. Son prélèvement, mensuel, est de 17,98 euros soit 215 euros par an. Les détenteurs de tablettes font donc également parti du lot de taxés.

En Suisse, la plus chère. C'est chez un autre voisin de la France que la taxe sur la redevance audiovisuelle est la plus élevée : 381 euros par an en Suisse selon la Broadcasting Fee Association. Celle-ci s'adresse à chaque logement ou entreprise possédant un appareil capable de recevoir la radio et/ou la télévision, tablettes et smartphones compris.

À LIRE AUSSI : Culture : vers une taxe sur les smartphones