Firefox remplace Google par Yahoo! pour son moteur de recherche

  • A
  • A
Firefox remplace Google par Yahoo! pour son moteur de recherche
@ REUTERS
Partagez sur :

INTERNET - Aux Etats-Unis, Yahoo! va prendre la place de Google comme moteur de recherche par défaut sur le navigateur Firefox

Exit Google, bonjour Yahoo!. Le moteur de recherche va être proposé comme moteur de recherche par défaut du navigateur Firefox aux Etats-Unis, selon un nouveau partenariat conclu entre les deux entreprises. Yahoo! et Mozilla, qui possède Firefox, entendent également explorer le développement de nouveaux produits ainsi que leur distribution.

D'autres options en dehors des Etats-Unis. Pour Yahoo!, il s'agit du plus important accord de partenariat conclu au cours des cinq dernières années. Le moteur de recherche va donc remplacer Google sur les ordinateurs fixes et les appareils mobiles. Mais les utilisateurs de Firefox pourront toutefois changer le moteur de recherche par défaut et le remplacer par Google ou par d'autres moteurs comme Bing ou DuckDuckGo. En dehors des Etats-Unis, d'autres options sont proposées : en Russie, c'est Yandex Search qui sera le moteur par défaut et en Chine ce sera Baidu. Pour les autres pays, les utilisateurs du navigateur auront le choix de leur moteur de recherche, Mozilla n'ayant pas reconduit son contrat de placement par défaut avec Google qui restera toutefois comme option pré-installée.

>> LIRE AUSSI - "Search box", la fonctionnalité Google qui fait polémique

"Faire des choix différents". Du côté de Mozilla, on souligne que Google était le moteur de recherche par défaut pour Firefox depuis 2004 mais que le contrat entre les deux groupes arrivait à expiration et qu'il "avait profité de cette occasion pour réexaminer (sa) stratégie et explorer d'autres options". Chris Bend, le PDG de Mozilla, a assuré que la nouvelle "stratégie de recherche" du groupe venait "à l'appui de celle visant à faire de Firefox un navigateur pour tous". Et d'assurer que le statut de Mozilla, une organisation à but non lucratif, lui permettait "de faire des choix différents qui gardent l'internet ouvert partout et indépendant".

>> LIRE AUSSI - L'ogre Google et son navigateur Chrome dévorent l'Europe