Smartphones, tablettes : que pourra-t-on faire à bord d'un avion ?

  • A
  • A
Smartphones, tablettes : que pourra-t-on faire à bord d'un avion ?
@ Reuters
Partagez sur :

PRATIQUE - L'UE a validé lundi l'assouplissement des règles d'utilisation des appareils connectés en vol.

L'INFO. Après les États-Unis, c'est au tour de l'Union européenne d'assouplir les règles d'utilisation des appareils électroniques en vol. Les passagers des avions européens vont donc pouvoir utiliser, dès 2014, leurs smartphones et tablettes en vol, mais dans quelles conditions ? Décryptage.

> Ce qui sera autorisé au décollage et à l'atterrissage. À partir du mois de février 2014, sur autorisation du commandant de bord, il sera possible d'utiliser ses smartphones, tablettes, liseuses et consoles de jeu portables au décollage et à l'atterrissage à condition que ceux-ci soient en "mode avion", c'est-à-dire non connectés aux réseaux. "Pouvoir rester connecté même en voyage c'est le souhait de tous, mais la priorité reste la sécurité. Si le commandant de bord donne pour consigne d'éteindre, il faudra obtempérer", a annoncé le commissaire européen aux Transports Siim Kallas.

> Ce qui sera autorisé en vol. Une fois la phase de décollage passée, pas (encore) question d'activer la 3G, la 4G ou le WiFi. "La prochaine étape concernera la connexion au réseau à bord d'un avion" a cependant tenu à rassurer Siim Kallas. C'est pour quand ? "Nous pensons publier de nouvelles orientations de l'UE sur l'utilisation d'appareils connectés à bord d'avions dans l'UE dans le courant de l'année prochaine" a ajouté le responsable européen. Cette connexion au réseau pourra se faire depuis le réseau mobile d'un opérateur local ou bien via un réseau fournit par la compagnie aérienne elle-même.

> Et les appels téléphoniques ? Encore une fois, ces nouvelles dispositions devront respecter certaines conditions : "il faut respecter le silence. Pas question de conversations privées. Seuls seront autorisés les textos ou les courriers électroniques, et rien d'autre", a averti Siim Kallas.