Smartphones : l'Empire du milieu contre-attaque
© Europe1.fr

MWC - Trois marques chinoises débarquent en force dans le plus grand salon de la téléphonie mobile au monde.

Le Mobile World Congress (MWC), c'est le plus grand salon au monde consacré à la téléphonie mobile et aux tablettes. A Barcelone, cette année, comme les précédentes, les Samsung, Sony, LG et autres Nokia campent sur leurs positions, à grands coups de conférences de presse et de stands surdimensionnés. Mais trois "petits nouveaux" ont décidé de marcher sur leurs plate-bandes : Huawei, ZTE et Lenovo. Le point commun de ces trois marques : elles sont chinoises. Et vous les verrez bientôt partout. Présentation.

Lenovo, les tablettes avant BlackBerry ? C’est peut-être la seule marque que vous avez déjà aperçue, Lenovo étant avant tout un constructeur d’ordinateurs. Ça veut dire quoi Lenovo ? Pas grand chose : c’est un mélange des mots “Legend” et “Novo” (nouveau en latin, qui se dit en réalité Nova). Depuis 2005 et le rachat de la division informatique personnelle d’IBM, le constructeur n’a cessé de croître. D’après une étude du cabinet Gartner, il serait même devenu numéro des ventes d’ordinateurs à la fin de l’année 2012, bien qu’une autre étude de l’International Data Corporation (IDC) ne lui octroie “que” la deuxième place derrière HP. La marque ne veut désormais pas manquer le tournant de la mobilité et propose donc de nombreuses tablettes sous Android, dont trois nouveaux modèles ont été présentés à Barcelone. Mais l’avenir de Lenovo passe peut-être par BlackBerry. La société canadienne vient de lancer son dernier système d’exploitation en pleine crise financière et pourrait être rachetée par Lenovo. En janvier, le directeur financier du groupe asiatique déclarait “regarder toutes les possibilités, RIM (ancien nom de BlackBerry) parmi d’autres”. Avec un système d’exploitation innovant (BlackBerry 10), Lenovo pourrait intégrer le marché des smartphones pour concurrencer Samsung, Apple et bien entendu ses compatriotes Huawei et ZTE.

Huawei, déjà un géant. Cette entreprise fondée en 1988, dont le siège se situe à Shenzen, est, depuis 2008, chaque année, sur le podium des sociétés déposant le plus de brevets technologiques. Elle possède une particularité en Chine : afin de briser les monopoles de l’État en matière de téléphonie, son fondateur a décidé de faire entrer certains de ses clients au capital de Huawei. Une décision qui a porté ses fruits : après avoir lancé son premier smartphone Android en 2009, Huawei s’est hissé à la troisième place des produits vendus au quatrième trimestre 2012. Une place sur le podium que le Chinois n’est pas près d’abandonner : au MWC, deux nouveaux smartphones ont été officialisés : l’Ascend P2 est un “phablet”, à mi-chemin entre le smartphone et la tablette. Doté d’un écran 4,7 pouces (environ 12 centimètres), il se démarque par son système de recharge annoncé 25% plus rapide que la concurrence. Le tout pour “seulement” 399 euros sans abonnement.


ZTE, les marchés émergents en ligne de mire. ZTE est finalement la plus “française” des marques chinoises. Après avoir installé en 2007 son siège européen (regroupant également la zone Amérique du Nord) à Boulogne-Billancourt, la marque est en train de construire un site à Poitiers, au Futuroscope, destiné aux professionnels et à la formation. Autre entreprise basée à Shenzen, ZTE (Zhong Xing Telecommunication Equipement) est déjà dans le Top 5 des ventes de smartphones au quatrième trimestre de l’année 2012. Pour accroître son expansion, la firme mise notamment sur les marchés en développement, grâce notamment à un nouveau système d’exploitation, Firefox OS. L’interface mobile, inspirée du navigateur Internet du même nom, offre une alternative simplifiée à Android, Windows Phone ou iOS. Comment ? Chaque page Web peut être transformée en application en quelques secondes. Plus besoin de passer par une boutique d’applications, l’utilisateur possède une infinité de possibilités de personnaliser son interface. Le premier smartphone sous Firefox OS, le ZTE Open, a été présenté à Barcelone. Il devrait être commercialisé avant la fin de l’année dans le monde entier et pourrait débarquer en Europe cet été. Coût du terminal : entre 100 et 200 dollars (entre 75 et 150 euros) sans abonnement.


À LIRE AUSSI : ZTE : un smartphone sous Firefox OS