Simple particulier, il devient opérateur Internet

  • A
  • A
Simple particulier, il devient opérateur Internet
@ MAXPPP
Partagez sur :

SANS FREE, IL A TOUT COMPRIS - A Biarritz, un jeune auto-entrepreneur a planté une antenne-relais pour devenir le "Free" du coin.

L'INFO. Certaines zones de l'Hexagone ne sont pas couvertes par les opérateurs Internet classiques (Orange, Bouygues, SFR ou Free). Confronté à ce problème Mehdi Bouteiller, jeune auto-entrepreneur de Béziers, a pris les choses en main pour fournir une connexion à son quartier. De l'installation de l'antenne-relais au contrat avec le fournisseur jusqu'au partage de l'ADSL avec ses voisins, le Bédaricien est devenu un opérateur télécoms comme il en existe 2.000 en France.

09.04 930x930 Mehdi Béziers Portrait

© ANNICK KOSCIELNIAK / Le Midi Libre

Comment devient-on opérateur télécoms ? Pour sortir de l'isolement numérique, Mehdi, habitant de Dio-et-Valquières, dans l'Hérault a commencé par démarcher un fournisseur d'accès à Internet. Il porte alors son choix sur Blue Network, qui a installé plus de 300 sites en France, notamment des antennes relais pour les radios. Deuxième étape consiste à planter un pylône de réception de 20 mètres de hauteur. Mehdi a choisi le domaine de Garenne, relié au pic de Tantajo, à 17,4 km de là, grâce à un signal radio. De quoi assurer un débit de 6 Mégabits au minimum, contre deux Mégabits maximum jusque là. Il reste alors à obtenir la certification d'opérateur télécom par l'autorité de régulation des télécom (Arcep), l'organisme qui donne l'autorisation d'exploiter les réseaux sur le territoire. C'est fait, Mehdi est désormais opérateur Internet parmi les 2.000 déjà référencés en France par l'Arcep !

10 euros par mois pour la maintenance du réseau. Tandis qu'Orange, Free et autres SFR proposent un abonnement autour de 40 euros par mois, pour profiter de la connexion mise en place par Mehdi, il en coûte 100 euros à l'installation puis 10 euros par mois, nécessaires pour la maintenance du réseau. "En contrepartie, nous déchargeons (l'abonné, Ndlr) de toutes les démarches qu'il devrait faire avec un opérateur", précise Medhi, interrogé par Le Midi Libre.

Prochaine étape : la fibre optique ? Le jeune auto-entrepreneur ne compte pas s'arrêter là. "Maintenant je peux fournir en mon nom propre des services télécoms aux particuliers et aux professionnels en toute légalité. Auparavant, j’étais couvert par Blue network, mon partenaire et qui le reste !", précise-t-il. Avec cette licence accordée par l'Arcep, Mehdi entend exploiter d'autres technologies comme la fibre optique, cette norme Internet qui permet de surfer jusqu'à dix fois plus vite que l'ADSL.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

TÉLÉPHONIE MOBILE - Free négocie l'achat de Bouygues Telecom

CONSO - SFR-Numericable : ce qui va changer pour vous

INTERVIEW - Stéphane Richard : "Le passage de quatre à trois opérateurs est inéluctable"

APPELS - Europe : la fin du roaming pour 2015 ?