Royaume-Uni : bientôt une armée de "soldats Facebook"

  • A
  • A
Royaume-Uni : bientôt une armée de "soldats Facebook"
@ AFP / WAKIL KOHSAR
Partagez sur :

ESPION 2.0 - L'armée britannique va créer un nouveau bataillon de 1.500 soldats formés à récolter des informations en ligne chez l'ennemi.

James Bond ferait mieux d'apprendre le code informatique. Car l'armée britannique pourrait bien délaisser ses espions "à l'ancienne" au profit de soldats formés à l'espionnage informatique. Un nouveau bataillon de 1.500 "guerriers Facebook" va en effet être créé par la Défense anglaise, afin de surveiller les réseaux sociaux et même diffuser des informations (vraies ou fausses) auprès de nations "ennemies".

>> LIRE AUSSI - Facebook : gratuit et pourtant si rentable

C'est quoi un "soldat Facebook" ? Entre 1942 et 1945, lors de la deuxième guerre mondiale, le 77e bataillon anglais dit des "Chindits" opérait loin des lignes de fronts durant la campagne de Birmanie, afin de semer désordre et insécurité au sein des forces japonaises. C'est ce même principe qu'a adopté l'armée britannique, en l'adaptant au XXIe siècle : au lieu de fantassins, la "Royal Army" va former 1.500 soldats informatiques.

Pour quoi faire ? Leur mission ? Surveiller Facebook, Twitter et d'autres réseaux sociaux afin de "contrôler le discours" autour de certains événements stratégiques. Avec un tel dispositif, l'idée est de "passer à l'action sans crainte d'escalade violente ni agressivité", explique le lieutenant général Marshall Webb, qui précise que ce bataillon verra le jour en avril prochain.

>> LIRE AUSSI - Cyberattaques : à quoi ressemblerait un scénario catastrophe ?

Éviter des conflits comme l'Ukraine. Un des exemples pris par l'armée britannique pour justifier un tel escadron : le conflit ukrainien. Les troupes militaires russes étaient entré en Ukraine en se faisant passer pour des milices locales, grâce à une vaste campagne de désinformation en ligne. Autre objectif : lutter contre les réseaux terroristes islamiques, passés maîtres en recrutement en ligne.