Macron donne son adresse Gmail pour séduire les entrepreneurs

  • A
  • A
Macron donne son adresse Gmail pour séduire les entrepreneurs
@ MAXPPP
70 partages

OPÉRATION SÉDUCTION - Le ministre de l’Économie compte sur les start-up pour lui envoyer des idées afin de relancer la France.

Un an après Arnaud Montebourg, Emmanuel Macron a également participé, jeudi, à une interview publique au salon LeWeb, dédié aux nouvelles technologies. Mais le ministre de l’Économie a clairement affiché sa différence de point de vue concernant les start-up : l’ancien banquier d’affaires a même donné à son auditoire du jour son adresse mail personnelle pour inciter les jeunes pousses à lui envoyer leurs idées pour relancer la France.

>> LIRE AUSSI - L'avocat Montebourg critique Hollande et "la gauche caviar"

Le contre-pied de Montebourg. En 2013, Arnaud Montebourg avait surpris les spectateurs du salon LeWeb en affirmant qu’il était parfois nécessaire de "ralentir" l’innovation pour favoriser l’économie. Une idée balayée d’un revers de main par Emmanuel Macron, qui défendait jeudi le projet de loi sur la croissance et l’attractivité présenté au Sénat.

Pour le ministre de l’Économie, le gouvernement compte "appuyer les entrepreneurs pour qu’ils puissent innover et changer le quotidien", a-t-il affirmé. Pour cela, le successeur d’Arnaud Montebourg mise sur une plus grande "flexibilité dans le marché du travail" mais aussi faire éclore "de grands champions dans ce pays, qui remplaceront les champions existants". "Je veux que l’on en finisse avec le french bashing, c’est idiot", s’est emporté Emmanuel Macron.

>> LIRE AUSSI - Loi Macron : y a-t-il du Montebourg dedans ?

Start-up, envoyez vos idées par e-mail. Mais comment mettre en lien les jeunes entrepreneurs, qui n’ont pas nécessairement les fonds ou les bons contacts pour lancer leurs idées ? Emmanuel Macron a son idée : il a publiquement communiqué son e-mail personnel (emmanuelmacron3@gmail.com), et non celui de son ministère, pour recevoir ces innovations qui pourraient relancer l’économie du pays. Mais les "start-uper" feraient mieux de ne pas trainer : qui sait, dans un an, le gouvernement aura peut-être de nouveau changé d’avis.