Pas d'idée pour votre "statut" Facebook ? Google peut vous aider

  • A
  • A
Pas d'idée pour votre "statut" Facebook ? Google peut vous aider
Surveiller ce que vous postez sur Facebook ou Google+ pour mieux répondre à votre@ REUTERS
Partagez sur :

BREVET - Le géant américain planche sur une fonction qui réagit de la même façon que l'internaute.

Bientôt des statuts automatiques ? Comment rester présent une présence sur les réseaux sociaux sans que les Facebook et autres Twitter ne soient trop chronophages ? Google a peut-être trouvé la solution : le géant américain a déposé ce mois-ci un brevet décrivant un logiciel capable d'apprendre comment son utilisateur réagit sur les réseaux sociaux. Pour ensuite répondre à sa place. Explications.

Comment ça marche ? Google décrit un programme intelligent qui pourrait analyser tout ce que l'utilisateur à l'habitude de poster sur les réseaux sociaux. À partir de cette fonctionnalité enverrait des messages sous la forme d'un pop up suggérant des actions et même des réponses à d'autres messages, que l'internaute devrait tout de même valider. D'après la description, Google entend "apprendre" en explorant les e-mails, SMS, réseaux sociaux et autres sites consultés par ses utilisateurs. À en croire l'entreprise américaine, la méthode conserverait cependant une dimension humaine pour laisser à celui qui activerait l'option le contrôle de son activité en ligne.

À quoi ça sert ? L'idée de départ du moteur de recherche est de proposer un énième assistant personnel, afin de gagner du temps sur Internet. Concrètement, en laissant Google suggérer des réponses "intelligentes", l'internaute passerait moins de temps sur Google+ ou sur Facebook afin de surfer de manière optimisée. Il ne s'agit encore que d'un projet et il n'est pas dit que Google l'exploite un jour, mais voilà de quoi (re)donner du grain à moudre aux plus paranoïaques sur l'exploitation des données en ligne.

 
sur le même sujet

Bitstrips : racontez votre vie en BD sur Facebook

Snapchat, la très prisée appli de photos éphémères

Après le porno, Google s'attaque aux gros mots

Microsoft vend des gadgets anti-Google