Orange remonte (un peu) la pente

  • A
  • A
Orange remonte (un peu) la pente
@ REUTERS
Partagez sur :

Le premier opérateur français a vu son bénéfice net doubler en 2013 mais son chiffre d'affaires est en recul.

L'arrivée de Free Mobile début 2012 a été douloureuse pour Orange, premier opérateur français. Mais la marque anciennement connue sous le nom de France Telecom a connu une année 2013 encourageante sur le plan financier : malgré un recul du chiffre d'affaires, Orange a présenté un bénéfice net deux fois supérieur à celui de l'année précédente. L'opérateur peut ainsi remercier l'Internet haut débit mais est encore dans le rouge sur la partie mobile.

L'Internet haut débit au beau fixe… C'est sur ses abonnements à Internet fixe qu'Orange affiche des résultats positifs : 215.000 clients supplémentaires en 2013 par rapport à l'année précédente, soit une progression de 17%. Les voyants sont également au vert pour la partie "entreprises", avec une augmentation de 23% de la part du cloud (les services de stockages en ligne) sur la même période.

…mais une branche "mobiles" toujours à la peine. Orange a perdu des abonnements dans la téléphonie mobile dans le même temps : de 27,19 millions d'utilisateurs, le numéro un français du secteur est passé à 27,014 millions. Ce que la marque explique par l'abandon progressif par les Français des offres prépayées au profit des forfaits low-cost (Sosh) ou entrée de gamme (Origami ou Open). Résultat, Orange annonce un chiffre d'affaire sur mobile en baisse de plus de 10% par rapport à 2012.

La 4G comme bouée de secours ? Côté mobiles, la seule source de satisfaction vient de l'objectif atteint pour la 4G : le million d'utilisateurs a été atteint et l'entreprise dirigée par Stéphane Richard assure couvrir 50% de la population française. Et entend maintenir "un niveau ambitieux d'investissements dans le très haut débit fixe et mobile", dixit son PDG.

sur le même sujet, sujet,

SFR : Vivendi annonce deux offres de rachat

Ces entreprises (très) généreuses avec les stagiaires

Le mobile coûte trop cher aux Français

4G: la riposte des concurrents de Free s'organise