Nintendo (encore) en guerre contre les pirates

  • A
  • A
Nintendo (encore) en guerre contre les pirates
Partagez sur :

Le constructeur attaque un portail américain qui propose de jouer gratuitement à sa console 3DS.

L'INFO. Nintendo ne veut pas que ses consoles soient piratées et passe à l'attaque. Déjà confronté au piratage par le passé, le constructeur nippon doit aujourd'hui faire face à une nouvelle menace : un site spécialisé qui annonce clairement la couleur. Le portail hackyourconsole.com commercialise en effet une cartouche pour jouer à des jeux téléchargés illégalement sur la Nintendo 3DS.

Comment ça marche ? La R4 3DS ressemble à une cartouche de jeu officielle, qu'il faut insérer dans la console portable de Nintendo (3DS). Dans cette cartouche on peut précharger de véritables jeux, à télécharger illégalement sur Internet et à transférer depuis son ordinateur. Cela coûte 30 dollars (environ 22 euros) frais de port inclus, c'est bien évidemment illégal même si cela ne présente aucun risque technique pour la console.

"Un impact énorme sur les ventes de jeux". "Le site fait la promotion et vend ouvertement des jeux vidéo Nintendo piratés ainsi que des dispositifs qui permettent de contourner les systèmes de sécurité des consoles Nintendo DS et Wii", écrit le groupe nippon dans un communiqué. Ce qui aurait une incidence sur les ventes du constructeur asiatique : "La copie illégale de jeux vidéo étouffe la croissance de la communauté du développement". Une hypothèse confirmée par un fondateur d'une société de jeu, Jools Watsham, cité par le site spécialisé 01Net : "Le piratage des consoles a un impact énorme sur les ventes de jeux. Il peut toucher tout le monde. Si des studios indépendants comme le nôtre ne peuvent pas récupérer les fruits de leurs investissements, ils disparaîtront."

Interdire les cartes R4 dans le monde. Ce n'est pas la première fois que Nintendo s'attaque à ce type d'accessoires. Le constructeur avait réussi à faire interdire les R4 en 2010 en Grande-Bretagne puis au Japon en 2012. "Big N", le surnom de Nintendo, souhaite désormais élargir cette interdiction au monde entier.