L'Américain Netflix se lance à Cuba

  • A
  • A
L'Américain Netflix se lance à Cuba
@ AFP
Partagez sur :

La plateforme de streaming propose son offre sur l'île communiste, quelques semaines seulement après le rapprochement entre les deux pays. Problème : très peu de Cubains ont accès à internet.

Netflix s'engouffre dans la brèche. Le service américain de vidéo en ligne a commencé lundi à fonctionner à Cuba, un nouveau signe de la normalisation des relations entre l'île communiste et les Etats-Unis. Cette arrivée sur le marché reste symbolique vu l'accès limité à internet.

Peu de connexions et un prix élevé. En effet, selon l'Union internationale des communications, seuls 3,4% des foyers ont accès à internet dans ce pays où les connexions privées sont très encadrées. Dans son communiqué, Netflix dit avoir pris cette décision "alors que l'accès à internet s'améliore et que les cartes de crédit et de débit deviennent plus largement accessibles" à Cuba. Les Cubains désireux de s'abonner à Netflix doivent en effet disposer "de connexions internet et d'un accès à des méthodes de paiement internationales", précise-t-il.

Le prix annoncé par Netflix sera également prohibitif. Le salaire moyen sur l'île s'élève à 20 dollars par mois. Netflix veut proposer ses services à partir de 7,99 dollars par mois.

>> LIRE AUSSI - Etats-Unis - Cuba : "C'est un peu David qui négocie avec Goliath"

A la faveur du dialogue. "Nous ne travaillons pas avec le gouvernement cubain", a assuré une porte-parole du groupe américain. "Notre arrivée sur le marché est un signe de notre confiance dans les réformes en cours à Cuba, et dans le fait que l'assouplissement des restrictions sur les entreprises américaines (voulant opérer dans l'île) vont conduire à des investissements rapides là-bas, y compris pour améliorer les infrastructures", a-t-elle expliqué.

La Havane et Washington ont annoncé mi-décembre le début d'un rapprochement diplomatique. Cela a débouché un mois plus tard sur l'allègement d'une série de restrictions commerciales frappant l'île communiste. Mastercard avait été l'un des premiers à en profiter, en annonçant fin janvier que ses cartes de crédit émises aux Etats-Unis seraient utilisables à Cuba à partir du mois de mars. Son concurrent American Express avait dit peu quelques jours plus tard qu'il se préparait lui aussi à débuter des activités à Cuba.