LinkedIn fait la chasse à la prostitution

  • A
  • A
LinkedIn fait la chasse à la prostitution
@ REUTERS
Partagez sur :

Devant la multiplication des profils dédiés au commerce du sexe, le réseau social LinkedIn tente de sévir.

Le réseau social LinkedIn, dédié au monde professionnel, n'ouvre pas son site à toutes les professions. Le site américain Mashable a découvert jeudi une mise à jour des conditions d'utilisation, dans lesquelles LinkedIn interdit la promotion de services de prostituées ou d'escort-girl. D'abord pour des raisons légales, mais surtout pour ne pas salir son image.

Depuis quelques mois, les messages et profils d'hommes et de femmes proposant des services d'"escort" ou de prostitutions pullulent sur LinkedIn : "Massage féminin à New York : profitez de massages érotiques et sensuels de filles nues à New York", ou encore "Entraîneur et masseur personnel de fitness certifié : conseils, entraînements et massages du corps entier ENTIÈREMENT NU".

17.05 930x620 LinkedIn GentSide

© Gentside

Ou plutôt pullulaient puisque le réseau social a décidé de supprimer tout contenu lié à ces pratiques : "Se créer des profils ou fournir un contenu qui relève de la promotion de services d'escort ou de la prostitution" est désormais interdit, relate Mashable. D'ailleurs, lorsqu'un utilisateur effectue une recherche de ce type, des résultats apparaissent bien mais impossible désormais d'accéder au contenu : ils ont été bloqués par le réseau social.

17.05 930x620 LinkedIn Escort

© Europe1.fr

Interrogé par le portail américain, la direction de LinkedIn explique que la modification des conditions d'utilisations a été décidée car dans certains pays, la prostitution est interdite. "Dans notre version précédente [des conditions d'utilisation], nous expliquions qu'il était interdit d'utiliser un profil LinkedIn pour promouvoir quoi que ce soit d'illégal. Mais dans certains pays cette activité est légale", a justifié un porte-parole de la société américaine. LinkedIn a donc choisi de clarifier ses règles.

Verra-t-on ce type d'annonces fleurir sur d'autres réseaux sociaux ? À Hanoi, au Vietnam, une jeune femme de 20 ans à la tête d'une organisation de prostitution a été arrêtée par la police locale en avril dernier. Celle-ci proposait des photos de prostituées, sur Facebook, et lorsque le client avait fait son choix, la proxénète virtuelle fixait un  rendez-vous dans un hôtel trois étoiles. Les pages en question ont été fermées depuis mais c'était la première fois que la police vietnamienne intervenait suite à des annonces passées sur le site au milliard d'inscrits.

17.05 930x620 Facebook Vietnam

À LIRE AUSSI : Ces pays où la prostitution est interdite