Les Français cancres des réseaux sociaux en Europe

  • A
  • A
Les Français cancres des réseaux sociaux en Europe
@ AFP / Joel Saget
Partagez sur :

BONNET D'ÂNE - Les internautes français ont le taux d'utilisation des réseaux sociaux le moins élevé de l'Union européenne.

Les Français ont le taux d'utilisation des réseaux sociaux le moins élevé de l'Union européenne, selon une étude publiée mardi qui constate par ailleurs que la France est pénalisée par son retard dans le très haut débit. Si la vidéo à la demande et la télévision par internet sont très répandues en France, qui se classe 1ère  dans ces catégories, les utilisateurs sont en revanche "très réticents à l'idée d'avoir des activités sociales en ligne", affirme cette étude de la Commission européenne.

46% d'utilisateurs seulement. En France, seulement 46% des internautes utilisent ainsi les réseaux sociaux, soit le taux "le plus faible de tous les pays de l'UE" où la moyenne s'établit à 58%. "De même, les Français sont parmi les moins assidus lorsqu'il s'agit de consulter les actualités en ligne" (46 %, soit la 27e position sur 28) et ils ne consomment finalement que peu de musique, de vidéos ou de jeux en ligne (47 %, soit 20e position sur 28), affirme l'étude.

Le Danemark premier de la classe. Tous critères confondus, la France se classe 14e sur les 28 pays de l'UE, selon cet indice. Elle se situe dans un groupe de pays à la performance jugée "moyenne", avec l'Allemagne et la Grande-Bretagne, loin du Danemark, de la Suède ou des Pays-Bas, qui caracolent en tête, alors que la Bulgarie et la Roumanie ferment la marche. Le taux d'utilisation atteint ainsi 69% dans un pays très connecté comme le Danemark, qui occupe globalement la première place de cet indice relatif à l'économie et à la société numérique, basé sur des données de 2013 et 2014.

Seulement 9,4% d'abonnés au très haut débit. La France est particulièrement mal classée dans le domaine de la connectivité (19e), car même si 74% des ménages ont un abonnement au haut débit fixe, seulement 9,4% sont abonnés à Internet à très haut débit (contre 22% en moyenne dans l'UE). La France, qui a lancé un programme de déploiement de la fibre optique, "doit accomplir des progrès" en ce domaine, estime l'étude, ajoutant que cette faiblesse dans le très haut débit "limite la capacité de la France à profiter des avantages de l'économie numérique". Pour établir ce classement, la Commission a pris en compte la connectivité, les compétences internet, l'utilisation de services et les achats en ligne, l'emploi des technologies numériques par les entreprises ou encore le développement des services publics sur le Net.

>> LIRE AUSSI - Une "Hadopi" pour réguler le Web pourrait-elle voir le jour ?

>> LIRE AUSSI - Faut-il mieux surveiller les réseaux sociaux ?