Le cofondateur de Tinder accusé de harcèlement sexuel

  • A
  • A
Le cofondateur de Tinder accusé de harcèlement sexuel
Justin Mateen aurait insulté son ex-employée Whitney Wolfe, plusieurs mois après avoir entretenu une relation avec elle.
Partagez sur :

TÉLÉPHONIE MOBILE - Justin Mateen, à l’origine de cette application de rencontres à succès, est visé par une plainte venant d’une ancienne employée.

L’INFO. Justin Mateen est le cofondateur de Tinder, une application de rencontre qui permet de cibler  des personnes avec des centres d’intérêts communs, grâce à son smartphone (sur iPhone et Android). Le jeune homme, âgé de 28 ans, a pourtant été écarté lundi de son entreprise, en pleine explosion (10 millions d’utilisateurs en février dernier). La raison ? Justin Mateen a entretenu une relation avec sa collègue Whitney Wolfe, qui l’accuse désormais de harcèlement sexuel.

Ils avaient rompu depuis plusieurs mois. Mateen et Wolfe, qui travaillait à la direction marketing de Tinder, ont formé un couple plusieurs mois durant, avant de rompre en décembre 2013. Après cette rupture, les relations entre les deux employés se sont envenimées au sein de Tinder. Mateen aurait même demandé à son ex-partenaire de ne pas voir d’autres hommes durant une période de six mois.

“Sexiste, raciste” et autres qualificatifs. Et d’après la plainte, détaillée par le journal américain USA Today, les choses seraient allées plus loin : Justin Mateen aurait insulté Wolfe, la qualifiant de “put…” devant le PDG Sean Rad. Le cofondateur de Tinder lui aurait ensuite attribué de nombreux qualificatifs “sexistes, racistes et autres commentaires inappropriés” lors de son passage au sein de l’entreprise. Mateen a été suspendu de toute fonction au sein de Tinder, en attendant une “enquête interne” évoquée par un communiqué de presse de la jeune pousse californienne.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

Condamné pour avoir battu à mort une autruche au zoo

Un entraîneur condamné pour 813 sextos à une sportive mineur

6 mois de prison ferme pour des SMS enflammés à une mineure

Harcèlement sexuel au travail : "il faut dénoncer tout de suite"