L'ex-dictateur Manuel Noriega attaque le jeu Call of Duty

  • A
  • A
L'ex-dictateur Manuel Noriega attaque le jeu Call of Duty
Dans Call of Duty Black Ops II, le joueur doit capturer un personnage ressemblant à Manuel Noriega.
Partagez sur :

JEU VIDÉO - Le dirigeant déchu du Panama réclame de l'argent à l'éditeur du jeu, l'accusant de s'être inspiré de lui pour un personnage peu amène.

Manuel Noriega joue-t-il aux jeux vidéo ? En tout cas, le dirigeant déchu du Panama, 80 ans, a décidé d'attaquer Activision, l'éditeur du jeu à succès Call of Duty. Il lui reproche de faire figurer dans son jeu un personnage patibulaire et portant son nom dans l'épisode "Black Ops II" sorti en 2012.

Auteur d'enlèvements et de meurtres dans le jeu. Le jeu comprend un personnage qui ressemble comme deux gouttes d'eau à Noriega. L'ex-dirigeant dénonce dans sa plainte le fait qu'il n'ait jamais donné d'autorisation pour l'utilisation de son image, et aussi le fait que ce personnage virtuel soit auteur d'actes malfaisants comme des enlèvements et des meurtres. A un moment donné du jeu, les joueurs doivent pourchasser et capturer le Noriega de fiction.

>> LIRE AUSSI - Kevin Spacey dans le nouveau Call of Duty

Call of Duty, un best-seller. Ce jeu avait déjà généré plus d'un milliard de dollars de recettes quelques semaines à peine après sa sortie, selon Activision Blizzard. "Black Ops II" fait suite à un épisode précédent qui se passait à l'époque de la guerre froide. Il emmène les joueurs à travers le temps jusqu'en 2025, année pendant laquelle un militant du Nicaragua fomente un complot anti-américain.

>> LIRE AUSSI - Les 8 jeux les plus attendus de l'année

Il croupit en prison, accusés de meurtres. L'ex-homme fort et informateur de la CIA est actuellement en prison au Panama, où il est accusé du meurtre d'opposants pendant sa dictature, de 1983 à 1989. A l'issue d'une élection contestée en 1989, le président américain George Bush avait commandité une intervention militaire qui s'était soldée par la reddition de Manuel Noriega après qu'il s'était réfugié pendant des jours dans la nonciature apostolique de Panama City.