L’application Vine victime du porno ?

  • A
  • A
L’application Vine victime du porno ?
Certaines séquences affichent un message d'alerte à propos du contenu. Mais pas toutes...@ E1.fr
Partagez sur :

Le service de publication de courtes vidéos sur Twitter en est déjà submergé. Problème en vue.

Quatre jours et déjà une polémique. Vine est une application lancée jeudi par Twitter, qui permet de publier de très courtes vidéos (jusqu’à 6 secondes) sur le réseau social. À l’origine, l’outil, pour le moment disponible uniquement sur iPhone, s’adresse au grand public : on y trouve par exemple un chat qui s’amuse avec une boîte, deux enfants qui se donnent la main, une banane qui disparaît comme par enchantement… Mais Vine héberge déjà, aussi, de nombreux contenus pornographiques. Il suffit pour cela de taper un mot clé (ou hashtag) comme #NSFW (Not Safe For Work, à ne pas consulter au bureau) ou #Porn (porno en anglais) dans le moteur de recherche de l’application et les séquences se multiplient.

À LIRE AUSSI : Avec Vine, Twitter signe-t-il la mort du GIF ?

Rien de nouveau sous le soleil mais... Les contenus pornographiques circulaient déjà sur Twitter bien avant l’arrivée de Vine : soit sous la forme de photos soit sous la forme de GIF, ces images animées de courte durée. Pour autant, jamais aucune polémique n’est née du facile accès à ces images. Mais dans le cas de Vine, et d'Apple, la situation pourrait vite tourner au vinaigre car le porno n'est pas vraiment le genre de la maison.

Pourquoi l’application pourrait bientôt être supprimée ? La marque Apple est en effet très stricte sur le sujet : aucun porno dans l’App Store, la boutique d’applications pour iPhone et iPad. La firme américaine tient beaucoup à son image et cela a déjà causé quelques désagréments chez les développeurs d’applications. Les cas de suppressions d’applications sont ainsi fréquents : il y a quelques jours encore un service de partage de photos nommé 500px avait été retiré de l’App Store en raison de la présence de clichés de nus. Il y a de grande chance pour que la marque à la pomme réserve un sort similaire à Vine.

Twitter se défend. Un porte-parole du réseau social a déjà réagi. Les vidéos signalées comme inappropriées affichent normalement un message d’alerte nécessitant une autorisation de l’utilisateur pour s’afficher. Mais tous les contenus ne sont pas signalés et le problème demeure.