Hollywood veut censurer Kim Dotcom

  • A
  • A
Hollywood veut censurer Kim Dotcom
@ REUTERS
Partagez sur :

Deux studios de cinéma ont demandé à Google de retirer Mega de son moteur de recherche.

L'INFO. Discret depuis plusieurs semaines, le fantasque Kim Dotcom, fondateur du site d'hébergement de fichiers Mega, fait de nouveau parler de lui. Le créateur de Megaupload, fermé par le FBI en janvier 2012, reprochait mardi aux studios Warner Bros. et NBC Universal d'avoir exigé un retrait des liens Google renvoyant vers son portail d'hébergement. Si le moteur de recherche a refusé cette requête, Kim Dotcom a crié à la censure et rappelé qu'il ne contrôlait pas les fichiers stockés sur son site.

Censuré pour deux films ? Chaque jour, des millions de liens vers des sites Web d'hébergements sont scrutés par des entreprises spécialisées dans la protection des droits d'auteur. L'objectif : faire supprimer des pages de téléchargements illégaux de musique, de films ou de séries. Ainsi, les studios hollywoodiens Warner Bros. et NBC Universal auraient demandé à Google, selon le site spécialisé Torrent Freak, de retirer la page d'accueil de Mega de son moteur de recherche. En cause, deux films : Mamà, actuellement dans les salles obscures, et Gangster Squad, sorti en février, seraient hébergés illégalement sur Mega, portant atteinte aux droits d'auteurs des studios. Mais Google a répondu par la négative et les liens sont donc toujours accessibles à tous.

Pour Kim Dotcom, "l'histoire se répète". L'Allemand, aujourd'hui expatrié en Nouvelle-Zélande, a fermement regretté de telles requêtes : "Nous y revoilà. Hollywood vs. l'innovation. Hier vs. demain. Ils enfreignent la loi et l'histoire se répète", a expliqué mardi Kim Dotcom à un journaliste du quotidien économique IBTimes sur Twitter. Selon l'informaticien, la fermeture de Megaupload "reste l'exemple ultime des requêtes illégales de cette industrie".

Pas de contrôle des fichiers stockés. Kim Dotcom a tenu à rappeler qu'il n'avait aucun droit de contrôle ni de gestion des fichiers stockés. Ainsi, le contenu que les utilisateurs choisissent de "confier" à Mega est lié à chaque compte et les employés du site ne peuvent y avoir accès. Une caractéristique largement promue au lancement de Mega dans l'optique de protéger le dernier né de Kim Dotcom de toute attaque des majors. Visiblement, cela n'a pas suffit.

 À LIRE : Mega, pas si sûr que ça ?