Google veut plus de WiFi dans les pays émergents

  • A
  • A
Google veut plus de WiFi dans les pays émergents
@ REUTERS
Partagez sur :

Le géant du Web souhaite développer Internet sans fil en Asie du sud-est et en Afrique sub-saharienne.

L'info. Google est partout mais le géant californien souhaite continuer son expansion. Selon le Wall Street Journal, le moteur de recherche travaillerait actuellement au développement de réseaux sans fil en Asie du sud-est et dans l'Afrique sub-saharienne. Objectif : augmenter le nombre d'usagers du Web dans les pays émergents.

Techniquement et politiquement compliqué. Google serait actuellement en négociations avec plusieurs entreprises de télécommunications et de réseaux locales dans ces deux régions, citant notamment l'Afrique du Sud et le Kenya comme deux pays potentiellement éligibles. Le quotidien américain ne précise pas si les termes des contrats ont déjà été scellés ou si le géant américain cherche encore un modèle économique pour faire aboutir un tel projet. Mais Google envisagerait d'utiliser les ondes actuellement exploitées pour la transmission de la télévision. Mais ce point est sujet à des discussions locales, selon les autorisations des gouvernements en place dans chaque pays.

Pourquoi faire ? Philanthrope, la firme californienne ? Pas vraiment : en développant les réseaux Internet dans ces pays, Google accroitrait le nombre d'utilisateurs et potentiellement, le nombre de cibles publicitaires. Pour rappel, l'entreprise américaine tire 87% de ses 50 milliards de dollars de revenus (environ 38 milliards d'euros) de ses recettes publicitaires. Autre intérêt pour Google : élargir les profils d'utilisateurs du Web et indirectement de ses services, afin d'affiner ses propositions commerciales. Enfin, en créant son propre réseau, Google contournerait les conflits avec les opérateurs, dont certains reprochent actuellement au moteur de recherche son manque de soutien financier dans la construction des réseaux de télécommunications.

Et c'est pour quand ? Selon une source proche du dossier, citée par le Wall Street Journal, il faudra à Google encore plusieurs années avant que ces réseaux soient opérationnels.