Google bientôt opérateur mobile aux États-Unis ?

  • A
  • A
Google bientôt opérateur mobile aux États-Unis ?
@ REUTERS
Partagez sur :

ALLO ALLO MONSIEUR L'ORDINATEUR - Le géant du Web s'apprête à passer des accords pour lancer ses propres forfaits outre-Atlantique. Avant de s'attaquer à l'Europe ?

Google n'a aucune limite. Après les smartphones, les tablettes, les abonnements à Internet, les voitures autonomes, les lunettes connectées et même la conquête de l'Espace, le géant américain va s'attaquer au secteur des forfaits mobiles. À en croire le Wall Street Journal, la firme californienne aurait passé des accords avec deux opérateurs américains pour utiliser leurs réseaux afin de vendre ses services.

>> LIRE AUSSI - Google investit un milliard pour envoyer des satellites dans l'espace

Des accords avec Sprint et T-Mobile. Selon le WSJ, Google a signé des accords séparés avec Sprint, qui dépend du japonais Softbank, et T-Mobile, filiale de l'allemand Deutsche Telekom, pour utiliser leurs réseaux afin de vendre ses services. Le journal, qui cite des sources proches du dossier, précise que Google pourrait dans un premier temps limiter ses services à quelques grandes villes américaines.

Le site spécialisé The Information, qui s'est en premier fait l'écho de cette nouvelle dans l'après-midi, a précisé que Google pourrait proposer ses propres forfaits. Si la nouvelle était avérée, la firme basée en Californie ferait un premier pas sur un marché américain dominé par quatre acteurs, Sprint, T-Mobile, et deux plus grands groupes, Verizon et AT&T.

>> LIRE AUSSI - Google Glass : la commercialisation est suspendue

Un marché en difficultés. Confronté à une baisse des marges dans la téléphonie mobile, le marché a récemment connu d'importantes difficultés notamment la suppression de 2.000 emplois chez Sprint, soit plus de 5% de ses bénéfices. Le WSJ rapporte d'ailleurs qu'une clause du contrat entre Google et Sprint prévoit de renégocier l'accord, si le premier engrangeait trop de consommateurs.

Signe que Google se rapproche du secteur des télécommunications, un rachat éventuel par le groupe internet du logiciel de paiement en ligne Softcard, propriété commune d'AT&T, Verizon et T-Mobile, avait déjà été évoqué en fin de semaine dernière.