Forfait mobile gratuit : que vaut l'offre de "FreedomPop" ?

  • A
  • A
Forfait mobile gratuit : que vaut l'offre de "FreedomPop" ?
Capture d'écran de l'image d'ouverture du site FreedomPop.com
Partagez sur :

NON MAIS ALLÔ. Après la Belgique, l'Américain "FreedomPop" vise le marché français avec une offre défiant toute concurrence, sur le papier en tout cas.  

Un forfait téléphonique entièrement gratuit, ça existe ? L'offre de "FreedomPop" a déjà convaincu 250.000 utilisateurs aux Etats-Unis, où il est implanté. Et cette société américaine s'intéresse à présent au marché européen. Après la Belgique, où "FreedomPop" a passé un accord avec Base Company, le troisième plus grand opérateur mobile du pays, l'opérateur aurait à présent des vues sur la France. Mais en quoi consiste vraiment l'offre de "FreedomPop" ?

"FreedomPop", comment ça marche ? Trois heures d'appel, 500 SMS et 500 Mo de données internet totalement gratuit et sans engagement, c'est presque trop beau pour être vrai. Et pourtant, c'est bien ce que propose "FreedomPop", qui utilise le réseau 4G pour traiter la téléphonie comme un flux Internet. "Ça fonctionne un peu comme Skype", explique Audrey Oeillet, journaliste pour le site d'actualité informatique et multimédia Clubic interrogée par Europe1.fr. "Il suffit de télécharger l'application "FreedomPop" qui permet de passer des appels par le réseau internet. Il faut aussi posséder un téléphone compatible avec la 4G, puisque pour l'heure, l'opérateur utilise uniquement le réseau 4G."

>>> A lire aussi : Numéricable : un forfait 4G (presque) gratuit. 

Une offre exceptionnelle ? "Des forfaits gratuits, il en existe déjà en France", relativise Audrey Oeillet, "comme chez Free par exemple. En ce sens, ce n'est pas inédit dans notre pays. C'est moins le cas en Belgique en revanche. C'est certainement l'une des raisons de l'implantation de "FreedomPop" d'abord en Belgique." 

"Où est le piège ?" Pour proposer cette offre imbattable, la société américaine "FreedomPop" a prévu de faire des économies sur les services commerciaux et techniques. Et pour les clients, tout ce qui ne sera pas gratuit sera forcément très cher. "Quand on est devant ce genre d'offre, il faut toujours se poser la question de savoir où est le piège", rappelle la journaliste spécialisée de Clubic. "Il faut que ce soit un réflexe. En l'occurrence, ici ce sont des frais cachés", précise Audrey Oeillet. "Même si c'est une offre gratuite, on va tout de même vous demander votre numéro de carte quand vous allez souscrire. Et même si vous ne payez pas votre forfait, c'est quand même un forfait, qui n'est pas illimité. Si vous dépassez la limite des 500 Mo, il vous faudra payer. Par défaut, ce dépassement vous sera facturé d'office à hauteur de 10 dollars." Audrey Oeillet est aussi allée consulter les conditions d'utilisation de ce forfait, directement sur le site "www.freedomPop.com". "Evidemment, l'entreprise ne met pas ces informations en avant, mais tout dépassement est en fait facturé : deux euros par-ci, trois euros par là, ça va très vite." Même son de cloche du côté d'UFC Que choisir : "On ne bâtit pas un modèle économique sur zéro euro", explique Antoine Autier, spécialiste des communications. "Donc, le relais de croissance pour l'opérateur, ce sera forcément de générer des gains soit sur la vente d'options, soit sur du hors-forfait."

Et pour les prudents ? Ces frais supplémentaires ne concerneront pas tout le monde. "Si vous êtes très prudent au niveau de l'utilisation du service évidemment, vous n'avez pas de risque de vous retrouver avec une facture exorbitante, mais sur le fond, il faut bien comprendre que la gratuité affichée est en fait une stratégie marketing", confie Audrey Oeillet. 

Des clients potentiels encore un peu frileux. Interrogés par Europe 1, de potentiels clients se montrent quand même assez sceptiques."Tout le monde se bat pour les forfaits les moins cher, mais d'ici à avoir la gratuité du forfait… ça paraît bizarre quand-même", commente l'un. "Dans un premier temps, je ne le prendrai pas et je verrai au fil du temps ce que les gens en disent", affirme une autre consommatrice, prudente. Un autre potentiel client explique qu'il "préfère payer le forfait et être sûr d'avoir les services derrière, plutôt que de ne rien débourser…et ne pas savoir à quoi s'attendre."