FireChat, le réseau social qui fonctionne sans Internet ni réseau mobile

  • A
  • A
FireChat, le réseau social qui fonctionne sans Internet ni réseau mobile
Partagez sur :

INNOVATION - Cette application utilise la fonction WiFi des smartphones pour échanger des informations entre utilisateurs dans un même rayon d’action.

L’INFO. Et s’il était possible d’échanger des messages avec des personnes situées dans un rayon géographique proche, sans aucune connexion Internet ni réseau téléphonique ? C’est justement l’intérêt de FireChat, une application qui marche grâce à la fonction WiFi et qui connaît un essor de téléchargements depuis plusieurs semaines à Taïwan et en Thaïlande. Présentation.

Comment ça marche ? FireChat s’appuie sur la fonction WiFi des smartphones. Sauf qu’au lieu de se connecter à un réseau Internet situé à proximité, l’application se connecte directement aux smartphones dans un environnement géographique proche. Ainsi, les terminaux mobiles peuvent échanger des conversations sans aucune connexion Internet ou réseau mobile : dans un avion, sous un tunnel, dans un sous-sol, dans le métro, dans une boîte de nuit ou encore lors d’une manifestation.

Récupérée par les manifestants en Thaïlande. Suite au coup d’Etat intervenu la semaine dernière en Thaïlande, le nouveau gouvernement a menacé de couper les réseaux sociaux en cas d’appel à la violence. Les manifestants se sont alors tournés vers FireChat pour communiquer entre eux lors des rassemblements. L’application est également arrivée en tête des téléchargements dans plusieurs pays, depuis son lancement le 20 mars dernier : "FireChat est téléchargé plusieurs centaines de milliers de fois par jour depuis, en Australie, à Singapour, en Corée, au Japon, en Allemagne, en Espagne, en Russie", explique Micha Benoliel, cofondateur d’Open Garden, qui édite l’application.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460 (1)

Thaïlande : la junte militaire dissout le Sénat

Thaïlande : l'ex-Première ministre en "lieu sûr"

Thaïlande : un coup d’Etat, et alors ?

Thaïlande : l'armée menace de bloquer les réseaux sociaux