Facebook fait la chasse aux infos bidons

  • A
  • A
Facebook fait la chasse aux infos bidons
@ AFP / Karen Bleier
Partagez sur :

HOAX SUIVANT - Le réseau social a annoncé un plan pour éviter les faux articles et autres informations trompeuses.

Qui n'a jamais cliqué, sur Facebook, sur un lien qui paraissait curieux ou même totalement improbable ? Pour éviter que ses utilisateurs ne se fassent piéger par de faux articles ou autres informations trompeuses, le réseau social a annoncé vouloir surveiller de près ce type de publications notamment grâce aux signalements des utilisateurs.

>> LIRE AUSSI - Facebook va bientôt lancer sa version professionnelle

"Réduire les fausses informations". Souvent reproché de ne pas être à l'écoute de ses utilisateurs, Facebook semble avoir cette fois entendu les doléances de ses 1,35 milliard d'inscrits. "Les gens nous disent qu'ils veulent voir moins d'histoires qui sont des 'hoax' ou des informations trompeuses", explique le groupe dans un communiqué. L'entreprise américaine annonce ainsi vouloir "réduire la distribution des publications que les gens ont signalées comme de fausses informations, et ajouter une annotation sur celles qui ont reçu beaucoup de ces signalements afin d'avertir les autres sur Facebook", précise le réseau social.

Plus de "Cliquez ici pour un iPad gratuit". Parmi les exemples cités par Facebook, il y a les classiques arnaques "Découvrez comment gagner un iPad gratuitement" ou encore les informations mensongères du type "Telle star est morte" ou même "Facebook va bientôt devenir payant". Des contenus qui suscitent logiquement beaucoup de commentaires d'amis signalant notamment qu'il s'agit de fausses informations. Du coup, le réseau social assure qu'il va regarder de plus près les contenus aux grands nombres de signalements mais aussi les publications rapidement supprimées après leur partage.

>> LIRE AUSSI - Facebook vous connaît (beaucoup) mieux que vos proches

Les sites parodiques épargnés. À tous ceux qui craignaient la disparition des articles publiés par les sites de contenus satiriques, comme le Gorafi ou encore Biboquet Magazine, Facebook a répondu qu'ils ne seraient pas affectés par ce changement d'algorithme.