Facebook présente son internet gratuit pour la Zambie

  • A
  • A
Facebook présente son internet gratuit pour la Zambie
@ Reuters
Partagez sur :

HIGH-TECH - L’entreprise de Mark Zuckerberg veut donner accès à la toile aux régions reculées ou peu développées.

Le réseau social en ligne Facebook a présenté jeudi une application mobile permettant d'accéder gratuitement à quelques services internet jugés de base, dans le cadre d'un projet destiné à donner accès à la toile dans les régions reculées ou peu développées.

15% de Zambiens ont Internet. "La Zambie devient le premier pays où nous pouvons fournir toute une série de services de base gratuitement", a indiqué le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, dans un message publié sur sa page personnelle du réseau. Il relève que seulement 15% des habitants de la Zambie ont actuellement accès à internet.

L'application "Internet.org", dévoilée jeudi, sera disponible dans un premier temps uniquement dans ce pays, en partenariat avec l'opérateur télécom Airtel, mais Facebook dit vouloir "continuer à améliorer (son) utilisation et la déployer dans d'autres parties du monde", dans un message séparé sur son site officiel.



Des services de base. Les utilisateurs pourront accéder à travers l'application à une dizaine de services (météo, santé, informations locales, recherche d'emplois, mais aussi le moteur de recherche de Google ou bien sûr le réseau Facebook). Les données utilisées ne leur seront pas facturées par Airtel.

"En fournissant des services de base gratuitement avec l'application, nous espérons amener davantage de gens en ligne et les aider à découvrir des services de valeur, qu'ils pourraient ne pas avoir sinon", explique Facebook.

La suite dans les idées. Mark Zuckerberg avait lancé il y a un an une initiative également baptisée "internet.org", visant à améliorer l'accès internet dans des zones peu développées et réunissant d'autres groupes technologiques comme Samsung, Nokia, Ericsson ou Qualcomm.

Facebook avait aussi lancé fin mars une équipe spéciale, le "Connectivity Lab", qui rassemble notamment des experts de la Nasa ou des spécialistes des avions solaires, pour étudier des modes alternatifs de communication, comme l'utilisation de drones pour servir de relais internet.