Facebook Graph Search : un Google bis ?

  • A
  • A
Facebook Graph Search : un Google bis ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Le réseau social a annoncé le lancement d'un moteur de recherche sur son site. De quoi inquiéter Google ?

Combat de titans. Facebook contre Google, ce sont avant tout des chiffres à faire tourner les têtes virtuelles. D'un côté le premier réseau social au monde : 1 milliard d'utilisateurs, 240 milliards de photos publiées et une moyenne de 245 amis par inscrit. De l'autre, Google et ses 50 milliards de pages Web indexées, 1.200 milliards de recherches en 146 langues en 2012. Google possède aussi son réseau social, Google+, qui ne comptait en décembre "que" 235 millions d'utilisateurs. C'est maintenant au tour de Facebook de marcher sur les plates-bandes de Google avec Graph Search.

>> À LIRE AUSSI : Facebook lance un moteur de recherche

Deux modes de recherche complémentaires. Un monde sépare Facebook et Google : celui des utilisateurs. Pour ses résultats, Google se base sur les sites Web qu'il scanne et enregistre. L'ordre des recherches apparaît alors selon un calcul compliqué, mêlant pertinence, nombre de visites mais aussi référencement. Ce mode de calcul n'est pas divulgué par Google. Facebook mise lui sur sa base d'utilisateurs : les goûts musicaux, les lieux visités, les restaurants testés, les personnes rencontrées, les photos postées, etc. Tous ces éléments sont classés par le site et ensuite croisés pour répondre à des requêtes très précises. Par exemple : "Qui parmi mes collègues a de bonnes adresses de restaurants à New York ?"

Facebook mise sur la précision. Les réponses affinées et personnalisées donnent ainsi un petit avantage au site de Mark Zuckerberg. Pour le moment, quatre critères sont pris en compte dans Graph Search : les personnes, les photos, les lieux et les intérêts ("Like"). Tout ce qui est publié dans les statuts "classiques" ne sont pas encore pris en charge. C'est peut-être la première limite du système de Facebook : tout le monde ne publie pas forcément sur le site en utilisant les critères précédemment cités.

La publicité comme trésor de guerre. Mark Zuckerberg a beau dire qu'il souhaite pour l'instant "construire un bon service", Facebook vise bien entendu une augmentation de ses revenus publicitaires. En reprenant l'exemple de la recherche de restaurants à New York, le réseau social pourra mettre en avant sur la page de résultats l'adresse d'un établissement souhaitant se mettre en avant. Seul problème : actuellement disponible uniquement via le portail Web, la fonctionnalité de recherche passe outre les  millions d'utilisateurs mobiles (on parle de 500 millions) et donc autant de possibilités d'affichages publicitaires.