Cette arme (controversée) imprimée en 3D

  • A
  • A
Cette arme (controversée) imprimée en 3D
@ Capture écran Forbes
Partagez sur :

Un étudiant américain a construit lui-même un véritable pistolet, avec une imprimante 3D.

Une arme en plastique. C’est une invention particulièrement controversée. Cody Wilson, un étudiant libertaire américain, vient de construire le premier fusil à fabriquer soi-même, uniquement à l’aide d’une imprimante 3D. Le magazine du monde des affaires Forbes a posté lundi sur son site une vidéo dans laquelle on voit un essai concluant de cette arme, effectué au Texas, samedi dernier. "Ça a marché", assure Forbes, ajoutant néanmoins que l'arme a explosé au second essai.

A la portée de tous ? Baptisé "Liberator", l’arme créée par Cody Wilson est un pistolet à un coup de calibre .380. Il a l’apparence d’un jouet en plastique de couleur bleu et blanc, mais tire à balles réelles. Constitué de quinze pièces en plastique, il s’accompagne d’un percuteur en métal, pour être en conformité avec la loi en vigueur en Etats-Unis. Point important : la fabrication de cette arme est potentiellement à la portée de tout un chacun. Il suffit pour cela de posséder une imprimante 3D afin de confectionner les pièces à assembler. Ce type d’imprimante, livrable en une semaine, peut s’acheter par exemple pour 2.199 dollars (1.682 euros) aux Etats-Unis.

>> A LIRE AUSSI : Des armes à feu imprimées en 3D

Sur le site internet de Defence Distributed, la société fondée par Cody Wilson, les plans détaillés de l’arme sont d’ores et déjà disponibles et le mode d’emploi intégral de fabrication de ce prototype pourrait être lui aussi rapidement disponible sur le site, gratuitement.

Comment réagissent les anti-armes ? Les défenseurs d'une réglementation plus stricte sur les armes, alors que les Etats-Unis comptent presque autant d’armes que d'habitants (315 millions), ont exprimé leur inquiétude face à cette invention. "Cela retourne l'estomac", a fait savoir le sénateur démocrate de New York Charles Schumer. "Maintenant, n'importe qui, un terroriste, un malade mental, un conjoint violent peut ouvrir une fabrique d'armes dans son garage. Il faut que cela cesse", a-t-il dit.

Le représentant Steve Israel, également de New York, a, lui, proposé un projet de loi interdisant la fabrication maison des armes en plastique. "Les contrôles de sécurité, les réglementations ne serviront à rien si les criminels peuvent imprimer leurs armes en plastique à la maison", a-t-il souligné.



Le pistolet à l'imprimante 3D est  indétectable...par BFMTV

D’autres militants anti-armes américains considèrent toutefois que l’invention de Cody Wilson n’est pas si dangereuse qu’il n’y paraît. "Ce n'est pas quelque chose que le commun des mortels pourra faire dans son salon", estime ainsi Ladd Everitt, de l'association "Stop les violences par armes". "Il faut pour cela avoir une expertise suffisante, comprendre réellement ce qu'on fabrique et avoir fait une tonne de recherches", confiait-il récemment lors d’une interview diffusée sur BFM TV.

Quel est l’objetif de Cody Wilson ? Avec son invention, Cody Wilson, qui se présente comme un anarchiste libertaire, entend démontrer l’inutilité du contrôle étatique sur les armes à feu et prône un égal accès des citoyens à toute technologie.  Sur la BBC, il  a balayé les craintes suscitées par la menace potentielle que représente son invention. "Je reconnais qu’elle  peut être utilisée pour nuire à des gens -c’est qui est l’essence même de cette outil, c’est un une arme", a-t-il souligné. Avant d’ajouter : "Mais je ne pense pas que ce soit une raison de ne pas le faire".