Bouygues Telecom bientôt contraint de fusionner avec Free ?

  • A
  • A
Bouygues Telecom bientôt contraint de fusionner avec Free ?
Numericable a été préféré à Bouygues Telecom pour le rachat de SFR. Le groupe de BTP va-t-il se tourner vers Free Mobile pour survivre ?@ REUTERS
Partagez sur :

FUSIONNER OU MOURIR - L'opérateur a raté la cible SFR, ce qui le place désormais dans une situation fragilisée.

Malheur au perdant. Bouygues Telecom aura tout tenté : des promesses sur le maintien de l'emploi dans le secteur, une lettre de drague au gouvernement, une alliance avec l'ennemi de toujours Free Mobile et même plusieurs surenchères de dernière minute à grands coups de milliards. En vain. Le rachat de SFR lui est passé sous le nez, Vivendi ayant préféré la proposition de Numericable. Et maintenant, quelles sont les perspectives pour le groupe de Martin Bouygues ? 4G, hausse des prix des forfaits et surtout un projet de fusion avec Free Mobile : Europe1.fr fait le point.

Tout miser sur la 4G. Avec 11 millions d'abonnés, Bouygues est actuellement le troisième opérateur français mais le premier en terme de couverture 4G : au 1er janvier, l'opérateur comptait un million d'abonnés au très haut débit mobile, couvrant 63% de la population française. Problème : ça a coûté plusieurs millions d'euros en investissement et l'opérateur n'a pas vraiment endigué la vague de départ de ses abonnés, notamment vers Free Mobile. Le pari stratégique de la 4G sonne comme un "boulet" financier dans le bilan de Bouygues et pourrait pousser l'opérateur à se rapprocher d'un de ses concurrents.

27.11 930x620 Xavier Niel Free

© REUTERS

Une fusion avec Free inévitable ? Le 9 mars, si son offre était acceptée par Vivendi, Bouygues Telecom annonçait être prêt à céder 15.000 antennes de son réseau à Free Mobile. L'objectif ? Éviter des doublons d'antennes réseau entre SFR et Bouygues Telecom, tous les deux opérateurs mobiles (à la différence de Numericable). Une dernière carte abaissée en guise de coup de poker, mais qui n'aura rien changé. C'est pourtant la première fois que les deux groupes, dont les patrons ne s'apprécient guère, envisageaient un rapprochement. "La survie de Bouygues Telecom passe peut-être par une fusion ou un rachat par Free", confirme Antoine Autier, de l'UFC-Que Choisir, interrogé par Europe1.fr. Mais cette très hypothétique fusion n'est pas encore gagnée : "Franchir la barrière psychologique de s'allier prendra du temps. En plus, aucun n'est vendeur. En tout cas pas à n'importe quel prix", affirme un banquier au JDD qui connaît bien les deux acteurs. Ces rumeurs de fusion sont encore démenties par les deux parties.



Une prochaine augmentation des prix ? Reste que si Bouygues Telecom et Free Mobile ne faisaient plus qu'un, cela ramènerait le marché à trois opérateurs, comme avant le début de l'année 2012, comme avant l'arrivée de Free. C'est d'ailleurs la plus grande crainte des associations de consommateurs : si Free et Bouygues finissaient par s'allier, le marché reviendrait à trois opérateurs et, par le jeu de l'offre et la demande, les factures pourraient de nouveau grimper. "Les clients en France ont beaucoup souffert de l'existence d'un cartel de trois opérateurs, qui avaient réalisé une entente illicite", a rappelé Olivier Bazot, président de l'UFC-Que Choisir. C'est d'ailleurs ce qu'il s'est passé en Autriche, où le prix de certains forfaits a bondi de 18,7 %, moins de deux ans après le passage de quatre à trois opérateurs mobiles.

sur le même sujet, sujet,

C'EST FAIT - SFR sera (bien) racheté par Numéricable

INTERVIEW - SFR-Numericable : "on sera très vigilants", prévient Stéphane Richard

FACT-CHECKING - Ce que reproche Montebourg à Numéricable

PETITES PHRASES - Accord Bouygues/Free : "guéguerre" et paix