Bill Gates mise gros sur le préservatif High-Tech

  • A
  • A
Bill Gates mise gros sur le préservatif High-Tech
Partagez sur :

L'ancien patron de Microsoft offre 100.000 dollars à celui qui découvrira le préservatif du futur.

Le challenge. Depuis qu'il n'est plus le directeur de Microsoft, Bill Gates s'implique à temps complet dans diverses associations caritatives. Son dernier projet sort cependant du lot : l'ex-meilleur ennemi de Steve Jobs vient d'annoncer qu'il offrirait à l'inventeur du préservatif "nouvelle génération" une récompense de 100.000 dollars, soit environ 70.000 euros.

L'objectif : endiguer la propagation des MST. L'affaire est très sérieuse, le fondateur de Microsoft l'a d'ailleurs officialisée via le site de sa fondation créée conjointement avec sa femme Melinda en 2000. "Les préservatifs sont utilisés depuis environ 400 ans et pourtant ils ont subi très peu de progrès technologique au cours des 50 dernières années", regrette Bill Gates. L'objectif à terme est de prévenir davantage les maladies sexuellement transmissibles à travers le monde.

Les critères : plus agréable, plus facile d'utilisation et plus résistant. "Les hommes ont très souvent l'impression que le préservatif diminue leur plaisir par rapport aux rapports non protégés, ceci crée un décalage que beaucoup d'hommes trouvent inacceptable, d'autant plus que la décision de porter ou non un préservatif intervient juste avant le rapport". Pour remédier à ces problèmes, le cahier des charges de ce futur préservatif attend de lui une plus grande facilité d'utilisation que les modèles actuellement en vente. Ce préservatif devra être résistant à 100% et Bill Gates pense que, pour cela, les nouvelles technologies pourraient se révéler déterminantes.

Plusieurs pistes déjà étudiées. Le site de la fondation de Bill Gates mentionne plusieurs technologies qui pourraient inspirer les inventeurs. Par exemple, l'Université de Washington planche actuellement sur un modèle délivrant de minuscules décharges électriques éliminant les spermatozoïdes. Une autre piste consisterait à intégrer des spermicides dans le préservatif, avec le même résultat. L'entreprise Origami Condoms est également citée en exemple pour le côté novateur du design de ses préservatifs.